Une manifestation contre les «islamistes» interdite à Paris

Des centaines de milliers de personnes ont marché... (PHOTO MARTIN BUREAU, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des centaines de milliers de personnes ont marché à Paris le 11 janvier pour rendre hommage aux 17 victimes des attentats terroristes.

PHOTO MARTIN BUREAU, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Sur le même thème

Agence France-Presse

La justice française a interdit samedi, à la demande de la police, une manifestation appelant à «mettre les islamistes hors de France» qui relevait d'une «logique islamophobe», selon la décision de justice.

Cette manifestation, prévue dimanche, était convoquée à l'appel des mouvements Résistance républicaine et Riposte laïque sur le thème «Déséquilibrés, égorgeurs, chauffards... islamistes hors de France».

La préfecture de police avait initialement interdit ce rassemblement au motif que «la manifestation projetée n'a pas pour but d'appeler à la condamnation des actes terroristes récents mais s'inscrit clairement dans une logique islamophobe».

Le tribunal a redouté «des affrontements avec les personnes qui ont fait part de leur intention de s'opposer à la manifestation», alors que les forces de police sont mobilisées dans le cadre du plan Vigipirate, «et que leur action ne peut être détournée de l'objectif prioritaire qu'elles poursuivent, qui est de prévenir de nouveaux attentats», selon la décision du tribunal administratif que l'AFP a pu consulter.

Les mouvements concernés ne devraient pas faire appel de la décision, selon leurs avocats Me Paul Yon et Me Frédéric Pichon.

En juin 2010, ils s'étaient fait connaître en voulant organiser un «apéro saucisson-pinard», susceptible de heurter les convictions des fidèles musulmans, dans le quartier multiethnique de la Goutte d'Or qui abrite une des mosquées les plus fréquentées de Paris.

Plus récemment, en mars 2014, ils avaient organisé, avec un mouvement d'extrême droite, le Bloc identitaire, une manifestation dénonçant «l'islamisation» de la France et réclamant un référendum contre l'immigration, qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes à Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer