John Kerry à Paris pour un hommage américain tardif

John Kerry a déposé une troisième gerbe de... (PHOTO RICK WILKING, AFP)

Agrandir

John Kerry a déposé une troisième gerbe de fleurs à quelques centaines de mètres du siège de l'hebdomadaire satirique où un policier a été froidement abattu par Saïd et Chérif Kouachi le 7 janvier dans leur fuite après la tuerie à Charlie Hebdo.

PHOTO RICK WILKING, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
PARIS

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry s'est excusé vendredi de son absence à la marche contre le terrorisme dimanche à Paris et a déposé avec son homologue français Laurent Fabius des gerbes de fleurs devant le supermarché casher et les locaux du journal Charlie Hebdo, ont constaté des journalistes de l'AFP.

John Kerry a déposé une troisième gerbe de fleurs à quelques centaines de mètres du siège de l'hebdomadaire satirique où un policier a été froidement abattu par Saïd et Chérif Kouachi le 7 janvier dans leur fuite après la tuerie à Charlie Hebdo.

Cet hommage américain tardif survient plus d'une semaine après le premier attentat visant Charlie Hebdo (12 morts, dont 7 journalistes) et cinq jours après une marche historique à Paris à laquelle les États-Unis n'étaient représentés que par leur ambassadeur en France. Quatre juifs avaient été tués vendredi dernier dans le supermarché.

Au total, 17 personnes sont mortes dans les attentats et une vingtaine de personnes ont été blessées. Il s'agit des pires attaques en France depuis un demi-siècle.

Laurent Fabius a déclaré que son homologue s'était «excusé» de son absence dimanche. «Il s'en est excusé». «C'était bien qu'il soit là (...). Il m'a dit que cela lui a fait mal de ne pas être là» dimanche, a ajouté M. Fabius.

La marche contre le terrorisme a réuni à Paris plus de 1,5 million de personnes, dont une cinquantaine de dirigeants étrangers.

Lors d'un entretien à l'Élysée avec le président français François Hollande, John Kerry a assuré que les condoléances du peuple américain étaient «très sincères», disant «partager la douleur et l'horreur» ressenties par le peuple français.

«Nous vous avons observé, vous et votre équipe, mener avec beaucoup d'élégance et de talent» les opérations, mais aussi «le peuple français qui s'est réuni avec un sens aigu de l'unité», a-t-il poursuivi, parlant d'une «grande leçon pour le monde».

«Une fois de plus, la France avec son engagement pour la liberté et sa passion pour les idéaux a adressé un message au monde», a souligné le responsable américain.

Devant le supermarché casher, le secrétaire d'État américain s'est entretenu avec le président du consistoire israélite de France, Joël Mergui. Devant le siège du journal satirique, il a pris quelques instants pour lire les nombreux messages de solidarité affichés par des anonymes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer