La Belgique silencieuse

Quelques centaines de personnes observent une minute de... (PHOTO MARTIN MEISSNER, AP)

Agrandir

Quelques centaines de personnes observent une minute de silence sur le parvis de la vieille bourse de Bruxelles, transformé en mémorial, le 23 mars.

PHOTO MARTIN MEISSNER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(BRUXELLES) Le mutisme dans lequel Bruxelles se tient depuis le début de la journée a culminé avec une minute de silence respectée dans tout le pays, ce midi, au lendemain des attentats qui ont tué 30 personnes à l'aéroport et dans le métro de la capitale belge.

De gauche à droite au premier rang: le... (PHOTO FRANÇOIS LENOIR, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

De gauche à droite au premier rang: le premier ministre français Manuel Valls, le roi Philippe, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, la reine Mathilde et le premier ministre belge Charles Michel, à Bruxelles, le 23 mars. 

PHOTO FRANÇOIS LENOIR, REUTERS

Le roi Philippe et le premier ministre Charles Michel étaient dans le quartier européen - où s'est produit l'attentat de la station de métro Maalbeek hier - pour se recueillir. Au même moment, quelques centaines de personnes faisaient de même sur le parvis de la vieille bourse de Bruxelles, transformé en mémorial.

Pour autant, la vie n'est pas prête à reprendre son cours normal ici. 

La police bloque toujours de nombreux axes routiers et les transports en commun sont toujours loin d'être revenus à la normale. À l'entrée de plusieurs stations, un long corridor de policiers et de militaires armés de mitraillettes fouille les sacs de chaque voyageur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer