Amnesty dénonce le renvoi des Afghans par les pays européens

Une réfugiée afghane monte à bord d'un camion... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Une réfugiée afghane monte à bord d'un camion de l'ONU, en partance vers son pays d'origine.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
Kaboul

Amnesty International accuse les gouvernements européens d'avoir mis en danger des milliers d'Afghans candidats à l'asile en les renvoyant de force dans leur pays malgré une insécurité croissante.

Selon l'organisation de défense des droits de l'homme, près de 9500 Afghans ont été remis dans un avion pour Kaboul en 2016 après que leur demande d'asile a été déboutée en Europe, contre moins de 3300 en 2015.

«Au moment où les victimes civiles n'ont jamais été si nombreuses en Afghanistan, les gouvernements européens renvoient de force toujours plus de demandeurs d'asile vers les dangers qu'ils ont fuis en violation flagrante du droit international», affirme l'organisation dans un rapport publié jeudi.

Amnesty se fonde sur les statistiques officielles de l'UE montrant qu'entre 2015 et 2016, le nombre d'Afghans de retour d'Europe où ils avaient tenté de trouver refuge a quasiment triplé, passant de 3290 à 9460.

L'ampleur des retours est exactement inverse à l'octroi du droit d'asile, passé de 68% (des demandes) en septembre 2015 à 33% en décembre 2016, insiste l'organisation.

Le rapport - «Renvoyés de force vers le danger: les demandeurs d'asile en Europe regagnent l'Afghanistan» - détaille le cas d'Afghans rentrés de Norvège, des Pays-Bas, de Suède ou d'Allemagne et qui «ont été tués ou blessés dans des attentats, ou vivent dans la peur d'être persécutés en raison de leur orientation sexuelle ou de leur conversion au christianisme».

«Déterminés à augmenter le nombre d'expulsions, les gouvernements européens conduisent une politique imprudente et illégale. Sourds aux preuves d'une violence record en Afghanistan, à laquelle aucune région n'échappe, ils exposent les gens aux risques de torture, d'enlèvement et à la mort», estime Anna Shea, chercheuse de Amnesty sur le droit des migrants et des réfugiés.

Selon la Mission de l'ONU en Afghanistan (MANUA), 11 418 civils ont été tués ou blessés en 2016; les civils ont été frappés partout dans le pays, la plupart du temps par des insurgés armés comme les talibans et le groupe État islamique et dans des affrontements avec l'armée.

Sur les six premiers mois de l'année 2017, la MANUA a documenté plus de 5200 cas de victimes civiles.

La plupart des ambassades occidentales ont réduit leur personnel après l'attentat au camion piégé, le 31 mai à Kaboul, qui a fait au moins 150 morts et 400 blessés, la pire attaque depuis 2001.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer