L'Europe craint la fin de l'espace de libre circulation des personnes

Un policier porte secours à un enfant poussé... (Photo RENE GOMOLJ, AFP)

Agrandir

Un policier porte secours à un enfant poussé par la foule contre un grillage, alors que des migrants attendent de traverser la frontière entre la Slovénie et l'Autriche, le 29 octobre dernier.

Photo RENE GOMOLJ, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse

Les leaders européens se sont appliqués jeudi à empêcher l'espace Schengen, où les citoyens peuvent traverser des frontières sans passeport, de s'effondrer, après que l'Allemagne, la Suède et la Slovénie eurent de leur côté renforcé la sécurité des frontières ou érigé des clôtures pour ralentir l'afflux de migrants.

Un sommet de deux jours sur l'île méditerranéenne de Malte était prévu pour établir la procédure pour renvoyer en Afrique les migrants qui ne répondent pas aux conditions pour obtenir l'asile et des manières de décourager des gens de se lancer dans une dangereuse traversée des mers dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe.

Cette rencontre entre des dirigeants de l'Union européenne et de l'Afrique a toutefois rapidement été teintée de la crainte de voir anéanti l'un des gains les plus chéris de l'Europe.

Le président du Conseil de l'Union européenne, Donald Tusk, a qualifié la sauvegarde de l'espace Schengen de «course contre la montre».

Il a rappelé les actions prises individuellement par l'Allemagne, la Suède, la Slovénie et d'autres pays européens en réaction à ce qu'ils perçoivent comme la menace de la sécurité de leurs frontières, alors qu'affluent par dizaines de milliers les demandeurs d'asile d'Afrique, du Moyen-Orient et de l'Asie.

Sans un contrôle efficace des frontières externes de l'Europe, a déclaré M. Tusk, l'espace Schengen ne survivra pas.

«Nous devons faire vite, mais sans paniquer.»

Trente pays font partie de l'espace Schengen. Certains ne font pas partie de l'Union européenne.

Le sommet de Malte sur la migration a permis aux leaders d'adopter un plan d'action à court et à long terme pour ralentir le flot d'arrivants africains en Europe, et pour renvoyer ceux qui ne peuvent être considérés comme des réfugiés.

Ils ont également signé une entente d'aide financière urgente d'une valeur de 1,8 milliard d'euros auquel auront accès certains pays africains.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer