Paris et Berlin d'accord pour des quotas contraignants

La chancelière allemande Angela Merkel et le président... (PHOTO AXEL SCHMIDT, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande à Berlin, le 24 août.

PHOTO AXEL SCHMIDT, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
BERNE, Suisse

L'Allemagne et la France sont d'accord sur le principe de «quotas contraignants» pour l'accueil des demandeurs d'asile par les pays de l'Union européenne, a indiqué jeudi à Berne en Suisse la chancelière allemande Angela Merkel.

«J'ai parlé ce matin au président français, la position franco-allemande que nous allons transmettre aux institutions européennes est que nous sommes d'accord que nous devons obéir à des principes de base, à savoir que ceux qui ont besoin de protection (...) la reçoivent et que nous avons besoin de quotas contraignants au sein de l'Union européenne pour se partager les devoirs, c'est le principe de solidarité», a déclaré Mme Merkel dans une conférence de presse pendant sa visite en Suisse.

«Bien sûr que la puissance économique joue un rôle ici, et la taille du pays un rôle, mais autrement (sans quotas, NDLR) nous ne pourrons pas résoudre ce problème», a ajouté la chancelière.

Pour sa part, la présidence française a annoncé dans un communiqué que la France et l'Allemagne vont transmettre à Bruxelles «des propositions communes pour organiser l'accueil des réfugiés et une répartition équitable en Europe» et «rapprocher les normes pour renforcer le système d'asile européen».

Cette initiative franco-allemande vise aussi à «assurer le retour des migrants irréguliers dans leur pays d'origine, et apporter le soutien et la coopération nécessaires avec les pays d'origine et de transit», a ajouté la présidence française.

Pour les réfugiés qui cherchent à joindre l'Europe (...) «les tragédies se succèdent aux drames. Des milliers de victimes ont péri depuis le début de l'année. L'Union européenne doit agir de manière décisive et conformément à ses valeurs», selon le communiqué de la présidence française.

«Ces hommes et ces femmes, avec leurs familles, fuient la guerre et les persécutions. Ils ont besoin de la protection internationale. Elle leur est due. Les conventions de Genève élaborées au lendemain de la guerre obligent tous les pays. L'Europe doit protéger ceux pour qui elle est le dernier espoir», affirme encore la présidence française.

Mme Merkel a tenu à préciser que «ceux qui viennent pour de pures raisons économiques, ne peuvent pas prétendre à une protection durable et doivent quitter le pays».

Elle effectue une visite officielle en Suisse focalisée sur la question des migrants, les relations bilatérales et les relations de la Suisse avec l'UE après le vote de l'année dernière pour limiter l'immigration en Suisse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer