La Chine condamne le tir de missile nord-coréen et critique Washington

Pyongyang a tiré vendredi matin un missile sur... (PHOTO JUNG Yeon-Je, AFP)

Agrandir

Pyongyang a tiré vendredi matin un missile sur une distance semble-t-il inédite de 3700 km. L'engin a survolé le Japon avant de s'abîmer en mer.

PHOTO JUNG Yeon-Je, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

La Chine a condamné vendredi le nouveau tir d'un missile nord-coréen qui a survolé le Japon, mais a estimé «irresponsables» les critiques américaines l'appelant à accentuer sa pression sur Pyongyang.

Pékin «s'oppose à la violation, par la Corée du Nord, des résolutions du Conseil de sécurité (de l'ONU) et à son recours à la technologie de missiles balistiques pour des tirs», a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, tout en estimant que «les parties en présence doivent faire preuve de retenue».

Quelques jours après l'adoption par le Conseil de sécurité d'une huitième série de sanctions pour tenter de convaincre le régime nord-coréen de renoncer à ses programmes balistique et nucléaire, Pyongyang a tiré vendredi matin un missile sur une distance semble-t-il inédite de 3700 km. L'engin a survolé le Japon avant de s'abîmer en mer.

La Corée du Nord justifie ses ambitions militaires par la nécessité de se protéger des États-Unis.

Pékin, qui a approuvé la dernière série de sanctions onusiennes, plaide en même temps pour la reprise de pourparlers de paix avec le régime nord-coréen. De leur côté, les États-Unis de Donald Trump ont affirmé que l'option militaire était «sur la table».

Les parties en présence doivent éviter «tout acte qui pourrait aggraver la situation sur la péninsule (coréenne) et dans la région», a plaidé Hua Chunying lors d'un point-presse.

Après le nouveau tir nord-coréen, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a appelé la Chine, principale alliée et soutien économique de Pyongyang, et la Russie, à faire directement pression «de leur propre chef» sur la Corée du Nord.

Mais Pékin a renvoyé Washington et Pyongyang dos à dos.

«Le coeur du problème, c'est l'opposition entre la Corée du Nord et les États-Unis (...) La Chine n'est pas à l'origine de l'escalade des tensions», a réagi Mme Hua.

«Critiquer injustement les autres et fuir ses responsabilités de quelque façon que ce soit est irresponsable et d'aucune aide pour la résolution du conflit», a martelé la porte-parole.

La Chine déclare appliquer avec fermeté toutes les sanctions décidées dans le cadre des Nations unies. Elle a notamment annoncé avoir suspendu ses importations de charbon, de fer, de plomb et de produits de la mer en provenance de Corée du Nord.

«Nous appliquerons strictement, complètement et sérieusement les résolutions» de l'ONU, a promis Mme Hua.

Le chef de l'ONU «condamne» le tir 

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a également condamné vendredi le dernier tir de missile de la Corée du Nord qui a survolé le Japon, annonçant que des discussions sur la crise seraient tenues en marge de l'Assemblée générale des Nations unies la semaine prochaine.

«Cette violation manifeste des résolutions du Conseil de sécurité survient juste quelques jours» après le sixième essai nucléaire mené par la Corée du Nord, a souligné son porte-parole Stéphane Dujarric dans un communiqué. «Le secrétaire général s'entretiendra sur la situation sur la péninsule coréenne avec toutes les parties concernées en marge» de l'Assemblée générale de l'ONU qui débutera à New York la semaine prochaine.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer