L'Amérique de Trump se mesure à Pékin en mer de Chine

Le USS Dewey est passé «à moins de 12 milles... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le USS Dewey est passé «à moins de 12 milles nautiques» de Mischief Reef, un îlot revendiqué par la Chine.

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrick BAERT
Agence France-Presse
Pékin

Un navire américain a suscité la colère de la Chine en passant jeudi près d'un îlot revendiqué par Pékin en mer de Chine méridionale, premier accroc dans les relations entre les deux pays depuis la rencontre entre les présidents Xi et Trump le mois dernier en Floride.

Le bâtiment de la marine américaine, le Dewey, est passé «à moins de 12 milles nautiques» du récif de Mischief, a annoncé un responsable américain. Cet îlot, appelé Yongshu en chinois, fait partie de l'archipel des Spratleys en mer de Chine méridionale, une zone que Pékin revendique en quasi-totalité.

L'opération visait à défendre la «liberté de navigation» dans ces eaux contestées, a ajouté ce responsable américain. Il s'agit de la première action de ce type de la part des États-Unis sous l'administration du président Donald Trump.

La limite de 12 milles nautiques (environ 22 km) a une valeur symbolique: elle constitue la largeur maximale des eaux territoriales d'un pays selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. En pénétrant dans cette zone, Washington ignore de facto les prétentions chinoises sur l'îlot.

La Chine a condamné l'action des États-Unis. Le navire est entré «sans permission» dans les eaux territoriales chinoises, a dénoncé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, qui a fait état «du fort mécontentement et de la forte opposition» de Pékin.

La marine chinoise a «identifié le bâtiment américain conformément à la loi et lui a intimé l'ordre de partir», a précisé M. Lu, estimant que l'action de la marine américaine avait «compromis la souveraineté et la sécurité» de la Chine et aurait pu être à l'origine d'accidents navals ou aériens.

«Indiscutable»

La souveraineté de la Chine sur l'archipel des Spratleys et les eaux adjacentes est «indiscutable», a-t-il assuré, contredisant les prétentions des autres pays riverains de la mer de Chine méridionale, une zone stratégique qui recèlerait de vastes réserves de gaz et de pétrole.

La Chine s'est engagée ces dernières années dans des opérations de construction d'îlots artificiels et de bases militaires potentielles sur de minuscules récifs. Les États-Unis contestent ces annexions, pratiquées également par d'autres pays de la région.

Saisie par les Philippines, la Cour permanente d'arbitrage de La Haye a jugé illégales l'an dernier les revendications de Pékin sur l'essentiel de la mer de Chine méridionale, une conclusion rejetée par le régime chinois.

Mais le nouveau président philippin Rodrigo Duterte a choisi depuis de se rapprocher de Pékin. La Chine et les 10 pays membres de l'Association des nations du Sud-est asiatique (Asean) se sont mis d'accord mi-mai sur un «code de conduite» pour prévenir les incidents maritimes.

Pour le porte-parole chinois, «la situation en mer de Chine méridionale se détend» et «ce qu'ont fait les États-Unis vise à perturber le processus de dialogue».

«Revendications maritimes excessives»

«Les États-Unis essaient juste de donner l'impression qu'ils sont un protecteur crédible pour leurs alliés et partenaires en Asie-Pacifique», déclare à l'AFP James Char, expert à l'école S. Rajaratnam d'études internationales à Singapour.

D'ici au congrès du Parti communiste chinois cet automne, qui devrait offrir un nouveau mandat au président Xi Jinping, «Pékin réagira certainement de manière modérée, tant que les déploiements (américains) ne sont pas trop provocateurs», estime-t-il.

Cette incursion de l'US Navy intervient une semaine après l'interception d'un appareil militaire américain par deux avions de combat chinois au large de la Chine, une opération jugée «non professionnelle» par le Pentagone.

Le ministère chinois de la Défense a fermement dénoncé cette accusation jeudi, affirmant que les «activités de reconnaissances menées par les navires et avions militaires américains près de la Chine sont la source principale des problèmes sécuritaires» bilatéraux.

Ces deux incidents constituent des accrocs dans les relations sino-américaines qui se sont considérablement réchauffées depuis la visite début avril de Xi Jinping dans la villa de Donald Trump en Floride.

Washington compte désormais sur Pékin pour faire pression sur la Corée du Nord afin de convaincre ce pays de renoncer à son programme nucléaire.

Donald Trump a en outre mis en sourdine ses critiques contre la concurrence économique chinoise. Les deux pays ont même annoncé mi-mai un accord sur l'exportation de boeuf et de gaz américains vers la Chine.

Jeudi, le chef de la marine américaine, l'amiral John Richardson, a cherché à minimiser l'opération menée par le USS Dewey, affirmant que les États-Unis pratiquaient ce type d'actions dans le monde entier depuis 1979.

En mer de Chine méridionale comme ailleurs, les États-Unis veulent s'opposer aux «revendications maritimes excessives» et montrer que le «les règles comptent» en matière de revendications territoriales a-t-il souligné.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer