Arrestations en masse à une fête gaie en Indonésie

Une partie des hommes arrêtés lors de l'opération... (Photo Tatan Syuflana, Associated Press)

Agrandir

Une partie des hommes arrêtés lors de l'opération policière.

Photo Tatan Syuflana, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jakarta

La police indonésienne a arrêté 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gaie dans un sauna de Jarkarta, selon les autorités, nouveau signe de la répression subie par la communauté homosexuelle dans ce pays à majorité musulmane.

La police a mené une descente dimanche soir dans un immeuble de la capitale abritant une salle de gym et un sauna pour mettre un coup d'arrêt à l'événement, a déclaré un porte-parole lundi.

Sur les réseaux sociaux, des photographies montraient des hommes assis torse nu, après le raid, dans une salle dotée d'équipements sportifs.

«Nos officiers ont mené une opération sur les lieux dimanche», a déclaré à l'AFP le commissaire Nasriadi, qui comme de nombreux Indonésiens, n'a qu'un seul nom.

L'homosexualité est légale partout en Indonésie, sauf dans la province conservatrice d'Aceh, qui applique la loi islamique. M. Nasriadi a cependant déclaré que dix hommes interpellés pourraient être poursuivis aux termes de la loi antipornographie.

Parmi eux, les organisateurs présumés de la fête, des hommes soupçonnés de se prostituer et des effeuilleurs. Ils sont passibles de 10 ans de prison.

Les autres personnes arrêtées étaient toujours entendues par les policiers en qualité de témoin.

Depuis quelque temps, l'hostilité contre la petite communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) d'Indonésie va croissant. Des ministres, des conservateurs et des groupes islamistes se sont livrés publiquement à des propos homophobes.

En début de mois, huit hommes avaient été arrêtés à Surabaya pour avoir organisé une fête gaie et ils pourraient subir les foudres de la loi sur la pornographie.

La semaine dernière, deux hommes avaient été condamnés à recevoir des coups de canne en public, à Aceh, pour avoir entretenu des relations sexuelles.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer