Exercices navals américano-japonais en mer de Chine

Sur cette photo, un exercice américain en mer de... (Erik De Castro, archives Reuters)

Agrandir

Sur cette photo, un exercice américain en mer de Chine méridionale.

Erik De Castro, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les États-Unis et le Japon ont mené cette semaine des exercices navals en mer de Chine orientale, alors que la tension monte dans la région après les tirs de missiles menés lundi par la Corée du Nord.

Ces manoeuvres militaires, auxquelles participaient des contre-torpilleurs japonais et un groupe aéronaval américain, se sont déroulées pendant quatre jours, de mardi à vendredi, ont annoncé les forces militaires américaines dans un communiqué.

Elles sont intervenues quelques jours après le lancement par le régime nord-coréen doté de l'arme nucléaire de missiles, dont trois sont tombés dans les eaux de la zone économique exclusive du Japon, qui s'étend jusqu'à 200 milles nautiques (370 km) de ses côtes.

« Cet exercice est similaire aux divers exercices que nous conduisons régulièrement avec les forces d'autodéfense japonaises (nom de l'armée nippone) dans le Pacifique Ouest et qui visent à améliorer le travail d'équipe, les compétences opérationnelles et notre état de préparation », selon le communiqué.

Mais pour le quotidien Sankei, c'est un avertissement lancé à Pyongyang, en plus de l'affichage de la présence militaire conjointe des États-Unis et du Japon en mer de Chine orientale, où Pékin et Tokyo se disputent la souveraineté d'un archipel connu sous le nom de Senkaku en japonais et de Diaoyu en chinois.

Le nouveau secrétaire américain à la Défense, James Mattis, avait réaffirmé début février, à l'occasion d'une visite à Tokyo, que les États-Unis reconnaissaient l'administration par le Japon de ces îles et que celles-ci entraient dans le cadre de l'alliance militaire américano-japonaise.

La Corée du Sud et les États-Unis ont de leur côté lancé début mars leurs manoeuvres militaires conjointes annuelles, perçues par Pyongyang comme la répétition générale d'une invasion de son territoire.

L'année dernière, le Nord avait tiré sept missiles en signe de protestation contre ces exercices.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer