Nouvelle loi controversée sur le mariage des enfants au Bangladesh

Le Bangladesh a abaissé l'âge minimum pour se... (Photo Mohammad Ponir Hossain, Archives REUTERS)

Agrandir

Le Bangladesh a abaissé l'âge minimum pour se marier dans les «circonstances spéciales», notamment dans le cas d'adolescentes qui ont été violées ou sont tombées enceintes en dehors des liens du mariage.

Photo Mohammad Ponir Hossain, Archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DACCA

Une nouvelle loi au Bangladesh qui autorise le mariage d'enfants dans des «circonstances spéciales» suscitait mardi la colère des associations de défense des droits de l'homme. Cette loi, adoptée lundi soir par le Parlement, remplace le texte en vigueur depuis la période coloniale britannique et qui interdisait totalement le mariage des mineurs.

Le nouveau texte stipule toujours que l'âge minimum pour se marier est de 21 ans pour les hommes et 18 ans pour les femmes. En revanche, il abaisse le seuil pour des «circonstances spéciales», notamment les adolescentes qui ont été violées, ou sont tombées enceintes en dehors des liens du mariage.

«Notre inquiétude majeure est que la loi n'a pas fixé d'âge minimum pour les «circonstances spéciales», ce qui signifie que les enfants peuvent être mariés à l'âge de 14, 15 ans», dénonce Nur Khan Liton, qui représente la Coalition pour les Droits des Enfants au Bangladesh.

Cette coalition, qui réunit des ONG comme Save the Children ou Action Aid, estime que cette loi ouvre la voie à des abus et pose un «risque» pour les enfants.

Pour la députée du parti du pouvoir à la tête de la Commission parlementaire en charge de la question des femmes et des enfants, la loi reflète la réalité en vigueur dans les villages, où vit 70% de la population du pays qui s'élève à 160 millions de personnes.

«Nous avons pris en compte le point de vue de l'UNICEF et d'autres experts», assure Rebeca Momin, avançant que les «circonstances spéciales» prévues par la loi ont justement pour objectif de protéger les droits des enfants nés en dehors du mariage.

Elle précise par ailleurs que la loi prévoit une majoration des pénalités pour toute violation de l'âge minimum du mariage.

Au Bangladesh, où des progrès notables ont été accomplis sur de nombreuses questions sociétales, la précédente loi interdisant le mariage des mineurs a été largement ignorée dans les régions les plus pauvres.

Ce pays a l'un des plus forts taux de mariage des enfants au monde, et le plus élevé d'Asie, avec 66% de filles mariées avant l'âge de 18 ans, et un tiers avant 15 ans, selon l'UNICEF.

«Affaiblir la loi est un retour en arrière pour le combat contre le mariage des enfants, et envoie comme message aux parents (...) que le gouvernement pense qu'il est acceptable dans certaines conditions», avait déclaré Heather Barr de Human Rights Watch après l'adoption de loi par le gouvernement en décembre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer