Puissant typhon aux Philippines: des dizaines de milliers d'évacués

Des résidants sont évacués dans un camion militaire... (AFP)

Agrandir

Des résidants sont évacués dans un camion militaire à l'approche du typhon à Barangay.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DARAGA

Un puissant typhon, Nock-Ten, accompagné de vents violents, a touché terre dimanche soir dans l'est des Philippines où des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées des régions côtières.

L'oeil du typhon est arrivé sur l'île de Catanduanes, dans la région de Bicol dimanche soir, avec des rafales de vents atteignant 235 km/h, ont annoncé les services météo sur Twitter.

Les autorités avaient mis en garde contre la possibilité de vagues géantes de 2,5 mètres, de glissements de terrain et d'inondations soudaines dans la péninsule de Bicol et les îles avoisinantes.

Sous une pluie battante, plus de 100 000 personnes ont déjà quitté leurs foyers en cette journée de Noël et les évacuations pourraient concerner à terme des centaines de milliers de personnes, ont indiqué les autorités.

« Nous nous sommes promenés avec des mégaphones pour demander aux gens de manger leur petit-déjeuner, de faire leurs sacs et de monter dans les camions de l'armée », a dit à l'AFP Alberto Lindo, un responsable d'Alcala, localité de 3300 personnes proches du Mayon, un volcan actif.

« Sur les flancs du volcan, il y a d'importants dépôts de cendres, qui sont susceptibles d'être délogés par les fortes pluies puis d'ensevelir les maisons », a-t-il ajouté.

Parmi les premiers à être évacués, une centaine de bébés, des jeunes enfants et leurs parents ainsi que des personnes âgées ont été conduits dans une école à quelques kilomètres de là alors que des vents violents commençaient à secouer les arbres.

Noël perturbé

Nock-Ten, qui doit son nom à un oiseau du Laos, devrait atteindre lundi la région de Manille, plus au nord.

Bicol, région pauvre et essentiellement agricole où vivent 5,5 millions de personnes, est souvent la première touchée par la vingtaine de typhons qui affligent l'archipel chaque année. Pour cette raison, les autorités estiment avoir éprouvé leurs procédures d'urgence de façon à minimiser le nombre de victimes.

Les autorités ont contraint plus de 12 000 habitants à quitter les côtes de Catanduanes.

Dans la province voisine de Carmarines Sur, près de 90 000 habitants ont été évacués afin d'avoir « zéro victime », a déclaré son gouverneur Miguel Villafuerte sur sa page Facebook.

La tempête devrait affecter au total une zone où vivent près de 42 millions d'habitants, y compris Manille.

Nock-Ten, qui va déferler sur les Philippines alors que la saison des typhons est normalement terminée, perturbe sérieusement les festivités de Noël, moment important dans l'archipel peuplé en grande partie par des catholiques fervents. Certains vols ont été annulés tandis que toutes les liaisons par transbordeur ont été suspendues.

À Manille, où des centres d'urgence ont été ouverts, les autorités ont demandé aux habitants des bidonvilles proches de la mer de partir. De même, les touristes doivent éviter d'aller sur les plages au sud de la capitale.

Les scientifiques estiment que la virulence des tempêtes de ces dernières années est imputable au changement climatique.

En novembre 2013, 7350 personnes avaient péri ou avaient été portées disparues lors du passage du super-typhon Haiyan.

Chaque année, les Philippines, un pays en développement de 100 millions d'habitants, sont balayées par une vingtaine de grosses tempêtes ou typhons, entre juin et octobre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer