La Chine a rendu le drone sous-marin aux États-Unis

Un drone similaire à celui qu'on voit sur... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Un drone similaire à celui qu'on voit sur cette photo, prise en octobre au large des côtes écossaises, a été saisi par la Chine puis remis aux États-Unis.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La Chine a rendu mardi aux États-Unis le drone sous-marin qu'elle avait saisi en mer de Chine méridionale, ont annoncé le ministère chinois de la Défense et le Pentagone, mettant fin à un incident qui a tendu les relations bilatérales.

«Après des consultations amicales, la Chine et les États-Unis ont mené à bien le 20 décembre à midi en mer de Chine méridionale la restitution du drone sous-marin américain», a indiqué le ministère chinois dans un bref communiqué publié sur son site internet.

Le département américain à la Défense a confirmé l'opération peu après, répétant que la saisie de l'engin avait été «non conforme au droit international». Les États-Unis ont appelé la Chine à «s'abstenir de nouvelles actions entravant les activités légales américaines», a indiqué Peter Cook, porte-parole du Pentagone.

Un responsable de la défense américaine avait annoncé lundi que l'engin serait remis à l'équipage d'un navire de guerre américain dans les environs du récif de Scarborough, un îlot situé au large des Philippines. Un destroyer américain devait être sur place, affirmait-il.

D'après Washington, le drone, utilisé pour mesurer la salinité et la température de l'eau, avait été saisi jeudi par la Chine à quelque 50 milles marins au large des Philippines. Le Pentagone a expliqué que l'engin était un appareil commercial collectant des données utiles pour les sonars et les sous-marins.

Selon la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, la gestion de l'incident montre que les deux pays disposent de «bons canaux de communication».

Mais Mme Hua a également mis en garde Washington contre ses «opérations de reconnaissance et de relevés militaires dans les eaux territoriales chinoises». «La Chine y est fermement opposée et a demandé aux États-Unis de stopper ce type d'activités», a-t-elle martelé.

Le président élu des États-Unis Donald Trump avait réagi à l'affaire par un tweet dans lequel il accusait la Chine d'avoir «volé» le drone. Pékin a démenti lundi cette accusation en expliquant l'avoir «trouvé», puis saisi pour pouvoir l'examiner. Le gouvernement chinois avait annoncé dès samedi son intention de le restituer.

M. Trump a provoqué à plusieurs reprises les dirigeants chinois depuis son élection, en menaçant notamment de renouer avec Taïwan, l'île que Pékin considère comme une de ses provinces.

La mer de Chine méridionale, que Pékin revendique en quasi-totalité, est également réclamée par plusieurs pays de la région. Washington y fait croiser régulièrement sa marine au nom de la «liberté de navigation», au grand dam de la Chine.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer