Nouvelle-Zélande: fort tremblement de terre suivi d'un petit tsunami

Un petit tsunami, la plus haute vague n'ayant atteint que 30 cm, a touché... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WELLINGTON

Un petit tsunami, la plus haute vague n'ayant atteint que 30 cm, a touché vendredi les côtes orientales de la Nouvelle-Zélande à la suite d'un fort séisme en mer qui n'a fait ni victimes ni dégâts, ont annoncé les autorités.

Celles-ci avaient émis une alerte au raz-de-marée, accompagnée d'évacuations de populations, dans les zones côtières de l'île du Nord et de la partie septentrionale de celle du Sud, qui constituent à elles seules l'essentiel du territoire néo-zélandais.

Une série de répliques, dont certaines d'une magnitude de presque 6, ont secoué ces régions pendant plusieurs heures après le tremblement de terre, qui a quant à lui atteint une magnitude de 7,1.

Celui-ci est survenu à 4 h 37 à un peu plus de 30 km de profondeur à 167 km de Gisborne, une ville de 45 000 habitants de la côte nord-est de l'île du Nord, selon l'institut géologique américain USGS, mais a été ressenti dans la majeure partie du pays.

«Cela a été une secousse assez intense pendant quelques minutes. Puis il y en a eu de très légères après ça», a raconté Iain Fraser, un des seuls à être restés à Te Araroa, un village dont la presque totalité de la population de 600 âmes a quitté les lieux quand les sirènes ont retenti.

Toutefois, moins de trois heures après le séisme, les habitants des localités évacuées partis, armés de lampes torches, vers les hauteurs ont pu regagner leur domicile.

«La plus grande vague (30 cm de haut, ndlr) s'est déjà produite, les suivantes ne devraient pas dépasser 20 centimètres», a annoncé la Défense civile.

Certaines zones côtières «peuvent s'attendre à des courants inhabituellement forts et à des flux d'eau imprévisibles près du rivage. Cela signifie une menace pour les activités sur les plages, dans les ports, les estuaires et les petits bateaux», a-t-elle ajouté.

Mais «aucune information sur des blessés ou des dégâts ne nous est parvenue», a déclaré à Radio New Zealand Sheridan Gundry, une responsable de la Défense civile dans la région peu peuplée d'East Cape, dont les côtes ont été évacuées et où une vague de 30 cm de haut est arrivée environ 90 minutes après le tremblement de terre.

«L'électricité a été coupée à certains endroits», a-t-elle simplement ajouté.

La Nouvelle-Zélande se trouve à la limite des plaques tectoniques de l'Australie et du Pacifique, zone qui fait partie de la «ceinture de feu» du Pacifique, où jusqu'à 15 000 séismes sont enregistrés chaque année.

En février 2011, 185 personnes avaient péri dans un tremblement de terre de magnitude 6,3 à Christchurch, sur l'île du Sud.

La Défense civile néo-zélandaise organise régulièrement des exercices d'alerte au tsunami pour les populations côtières.



- Avec l'Associated Press

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer