Al-Qaïda revendique l'assassinat de deux militants gais au Bangladesh

Xulhaz Mannan, 35 ans, rédacteur en chef de Roopbaan,... (PHOTO REHMAN ASAD, AFP)

Agrandir

Xulhaz Mannan, 35 ans, rédacteur en chef de Roopbaan, seul magazine de la communauté LGBT du Bangladesh, et Mahbub Tonoy, 25 ans, militant gai qui collaborait également au magazine, ont été tués lundi.

PHOTO REHMAN ASAD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DACCA

Une branche bangladaise d'Al-Qaïda a revendiqué mardi l'assassinat la veille de deux militants des droits des homosexuels, qu'ils ont accusés d'avoir travaillé à «la promotion de l'homosexualité» dans le pays.

«Ils travaillaient nuit et jour pour promouvoir l'homosexualité parmi les habitants de ce pays depuis 1998 avec l'aide de leurs maîtres, les croisés américains et ses alliés indiens», a déclaré le groupe Ansar al-Islam sur Twitter.

Le chef de la police nationale, A.K.M. Shahidul Hoque, a cependant affirmé à la presse que l'assassinat des deux hommes portait la marque des islamistes locaux.

«Le modus operandi de ces meurtres est très proche de celui des meurtres récents de blogueurs», a-t-il affirmé, «donc il pourrait s'agir du même groupe».

L'attaque a été «soigneusement préparée» et les victimes avaient été suivies depuis plusieurs jours, a-t-il précisé.

Xulhaz Mannan, 35 ans, rédacteur en chef de Roopbaan, seul magazine de la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres) du Bangladesh, et Mahbub Tonoy, 25 ans, militant gai qui collaborait également au magazine, ont été tués lundi.

Six hommes étaient entrés lundi soir dans un appartement d'un immeuble de sept étages à Dacca et avaient tué les deux hommes à coups de machette, selon la police.

Les assaillants avaient crié «Allahu akbar» («Dieu est le plus grand»), selon des témoins interrogés par la chaîne de télévision locale Jamuna.

L'an dernier, quatre blogueurs défenseurs de la laïcité et un éditeur avaient déjà été assassinés, très probablement par des islamistes. La police avait arrêté des membres présumés d'un groupe interdit, l'Ansarullah Bangla Team, mais aucun procès n'a encore eu lieu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer