L'Indonésie en guerre contre sa communauté LGBT

Des militants d'un groupe anti-LGBT se sont réunis... (PHOTO SURYO WIBOWO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des militants d'un groupe anti-LGBT se sont réunis à Yogyakarta, sur l'île de Java pour perturber une manifestation de soutien à la communauté gaie indonésienne, le 23 février.

PHOTO SURYO WIBOWO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nick PERRY
Agence France-Presse
JAKARTA

La petite communauté homosexuelle de l'Indonésie conservatrice, à forte majorité musulmane, est confrontée à une campagne de répression aussi soudaine qu'inattendue, avec des descentes antigais ou des attaques ministérielles et religieuses.

Le mois dernier, le ministre de l'Enseignement supérieur Mohammad Nasir avait dénoncé le soutien psychologique proposé aux étudiants homosexuels par une université. Cela avait déclenché un débat houleux et donné le coup d'envoi, disent les militants des droits des homosexuels, d'une campagne de répression.

La communauté gaie représente une «menace» et pour la combattre, il faut employer les «techniques de la guerre moderne», a insisté cette semaine le ministre de la Défense Ryamizard Ryacudu.

«C'est dangereux, car on ne peut pas voir qui sont nos ennemis. Mais tout le monde a subi tout d'un coup un lavage de cerveau» favorable aux homosexuels, a-t-il assuré au site d'informations Tempo.

Le gouvernement a fermé plusieurs sites LGBT (lesbiens, gais, bisexuels, transgenres), fait taire des émissions télévisées et demandé la suppression de tous les émoticônes spécifiques - tels ceux représentant des hommes se tenant par la main ou brandissant le drapeau arc-en-ciel - aux applications de messagerie instantanée.

Le conseil des oulémas d'Indonésie, la plus haute instance de l'islam, demande la criminalisation des relations sexuelles entre personnes du même sexe. Elles sont non seulement «déviantes», mais anticonstitutionnelles, a-t-il soutenu. D'après les médias, les parlementaires réfléchissent à une loi sur le sujet.

L'homosexualité est un sujet tabou en Indonésie, pays à majorité musulmane le plus peuplé du monde.

Il y a eu dans le passé des attaques physiques et verbales contre les homosexuels. Mais l'homosexualité est légale sur la majorité du territoire, à l'exception notable de la province ultraconservatrice d'Aceh, et les homosexuels vivent en général tranquilles.

Les causes du tollé actuel ne sont pas faciles à déterminer, mais il fait suite aux pressions des chefs religieux et des conservateurs pour renforcer la moralité publique, avec des mesures contre la prostitution, la drogue et l'alcool.

D'après les militants, les progrès faits à l'étranger dans le domaine des droits des homosexuels, avec la légalisation du mariage gai dans de nombreux pays, ont donné un coup de projecteur sur la communauté indonésienne et soufflé sur les braises de l'homophobie.

Les plus conservateurs craignent que la communauté LGBT ne cherche à obtenir des avancées considérées comme immorales et contraires à la culture indonésienne, comme le mariage, et l'accusent d'avoir une influence croissante.

«C'est devenu dangereux»

Ces accusations font écho à celles qui sont régulièrement portées contre les minorités religieuses du pays.

«Ce qui est interdit, c'est que des (groupes) disent, "Hé, soyons lesbiennes et gais". C'est mal», lance le vice-président Jusuf Kalla, qui a demandé au Fonds pour le développement des Nations unies de ne pas financer de programme LGBT en Indonésie.

Ceux qui travaillent avec cette communauté font état d'une augmentation corrélée d'abus et de harcèlement sur l'internet. Nombre de militants craignent que ceux qui évoquent une «urgence LGBT» ne deviennent violents.

Le Front des défenseurs islamiques, un groupe ultra, a mené des descentes dans des pensions de la ville de Bandung à la recherche de couples du même sexe. À Yogyakarta, des extrémistes se sont rassemblés devant une école islamique réputée pour accueillir des élèves transgenres avant de découvrir que ces derniers avaient déjà quitté les lieux.

«C'est de pire en pire. C'est devenu dangereux pour nous», dit à l'AFP Ryan Korbarri, secrétaire général de l'association de défense des gais Arus Pelangi.

Les membres de cette association ont commencé à se déplacer par deux, et à rentrer chez eux en empruntant chaque fois des chemins différents.

Une autre association, Suara Kita, a fermé ses portes pour la première fois, en attendant un retour au calme.

Cette campagne choque les défenseurs des droits de l'homme à l'étranger.

Le président indonésien Joko Widodo doit «condamner de toute urgence les propos anti-LGBT des autorités avant que cette rhétorique n'ouvre la voie à des abus supplémentaires», a commenté l'ONG Human Rights Watch.

Le président est resté silencieux pour l'instant, mais ils sont nombreux à lui conserver leur confiance.

Les promesses de Jokowi, comme il est surnommé en Indonésie, de lutter contre les abus des droits de l'homme et de défendre les minorités lui ont valu le soutien de la quasi-totalité de la communauté LGBT, explique Teguh Iman, de Suara Kita.

«J'espère que Jokowi va s'exprimer là-dessus et parler de nous comme des citoyens (ayant des droits) égaux».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer