Pédophilie au Vietnam: un Montréalais est condamné la prison

Un Canadien, condamné mercredi au Vietnam à quatre ans d'emprisonnement pour... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
Associated Press
Hanoi

Un Canadien, condamné mercredi au Vietnam à quatre ans d'emprisonnement pour avoir commis des crimes sexuels sur quatre adolescents sans-abri, a été arrêté avec l'aide d'un organisme de bienfaisance australien qui a repéré ses victimes et en a informé la police.

Sous le couvert de l'anonymat, un représentant du tribunal de Hanoi a rapporté que Vadim Scott Benderman, âgé de 45 ans, a admis avoir agressé chaque garçon d'une à trois fois pendant quelques mois entre janvier et son arrestation en juin dernier.

Selon la même source, Benderman a admis lors de son procès, qui n'a duré que quelques heures, qu'il avait emmené les garçons à sa résidence avant de leur verser des sommes de 10 $ ou 15 $ en échange de faveurs sexuelles.

Une fois sa sentence purgée, le Canadien, qui aurait résidé deux fois à Montréal, sera expulsé du Vietnam.

Michael Brosowski, le fondateur de la fondation pour enfants Blue Dragon, qui vient en aide aux mineurs sans-abris ou victimes de trafic humain au Vietnam, a expliqué que l'arrestation avait en partie été possible grâce aux enquêtes de son personnel. La fondation comporte un programme d'aide aux enfants dans la rue, a-t-il dit en entrevue avec La Presse Canadienne.

Durant une visite de routine, à des parcs et lacs de la capitale où se réunissent des enfants sans-abris pour passer la nuit, des employés ont rencontré des victimes de Benderman.

«Depuis 2013, nous avons découvert que la majorité des enfants que nous rencontrons sur la rue, dont la plupart sont des garçons, ont été approchés par des pédophiles. Et tristement, par le temps que nous les rencontrons, beaucoup les ont déjà suivis», a-t-il rapporté.

En 2014, plusieurs garçons ont dit à des travailleurs sociaux de la fondation avoir été agressés par un étranger qu'ils appelaient Ben ou Dan.

Quelques mois plus tard, un autre garçon a dit au personnel de M. Brosowski qu'il avait été avec le même homme. Il a donné son adresse et montré son profil Facebook, qui portait le nom de Dean Wilson.

«Nous avons continué de recevoir des informations des enfants et à surveiller la présence de l'homme dans notre travail de rue. Ça a débloqué quand nous avons découvert son adresse courriel qui a révélé son vrai nom. Nous avons vu qu'il avait déjà été arrêté au Cambodge.»

Avec ces informations, la police de Hanoi a été en mesure de planifier une opération pour le prendre sur le fait avec un mineur.

L'organisme australien basé à Hanoi a fourni un avocat aux quatre garçons, âgés entre 13 et 15 ans.

Benderman a 15 jours pour porter son verdict en appel.

«Normalement, dans un cas comme celui-ci, la personne condamnée paierait une compensation aux victimes, a expliqué M. Brosowski. Benderman a soutenu qu'il n'avait pas d'argent, donc qu'il n'avait pas à payer.»

«Le crime de l'accusé est très grave pour la société, disait le verdict, selon ce qu'a rapporté le représentant du tribunal de Hanoi. Il a porté atteinte au développement normal des garçons.»

Les crimes de pédophilie entraînent normalement des peines de trois à sept ans de prison au Vietnam, mais dans le cas de M. Benderman, le tribunal s'est montré plus clément en raison de ses confessions qualifiées de sincères.

On ignore quand exactement Benderman est arrivé au Vietnam. Des médias de Hanoi ont rapporté qu'il est entré au Vietnam en juin 2014 grâce à un visa de touriste qui lui avait été accordé. D'autres médias affirment qu'il a enseigné l'anglais dans une école de langues de Hanoi.

Le ministère des Affaires étrangères du Canada confirme avoir été informé qu'un Canadien faisait l'objet d'un procès au Vietnam mais refuse d'en dire davantage pour des raisons de confidentialité.

Selon certaines sources, Vadim Scott Benderman est né en Ukraine et a déménagé à Montréal alors qu'il avait 8 ans. Il a ensuite vécu aux États-Unis avant de revenir s'installer à Montréal pour plus tard aller vivre en Corée du Sud où il a passé 10 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer