Un drone légèrement radioactif sur le toit du bureau du PM japonais

Des dizaines de policiers se sont ensuite déployés... (PHOTO TORU HANAI, REUTERS)

Agrandir

Des dizaines de policiers se sont ensuite déployés sur le toit de cet immeuble de verre moderne de cinq étages, connu sous le nom de «Kantei», en plein coeur de la capitale nippone, selon des images aériennes de la chaîne de télévision locale NHK. Ils ont ensuite précautionneusement emporté le drone.

PHOTO TORU HANAI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
TOKYO

Un petit drone portant des traces de radioactivité a été découvert mercredi sur le toit de la résidence officielle du premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo, selon la police et les médias locaux.

L'engin motorisé de 50 centimètres a été retrouvé en milieu de matinée par des membres du personnel au sommet du bâtiment abritant les bureaux de M. Abe, après avoir apparemment atterri là, a confirmé un porte-parole de la police municipale.

Des dizaines de policiers se sont ensuite déployés sur le toit de cet immeuble de verre moderne de cinq étages, connu sous le nom de «Kantei», en plein coeur de la capitale nippone, selon des images aériennes de la chaîne de télévision locale NHK. Ils ont ensuite précautionneusement emporté le drone.

M. Abe était absent au moment de l'incident. Il participe mercredi à une conférence Asie-Afrique en Indonésie.

L'appareil était semble-t-il équipé d'une caméra et transportait une boîte en plastique, a déclaré le porte-parole de la police.

Les enquêteurs ont détecté des niveaux très bas de radiation émanant de cette boîte, sur laquelle était indiqué qu'elle contenait des substances radioactives, possiblement du césium, mais dont la quantité était sans danger pour la santé humaine, ont précisé plusieurs médias.

Les césiums 134 et 137 sont parmi les plus importants produits de la fission nucléaire mise en oeuvre dans les centrales atomiques.

L'usage des drones est de moins en moins rare au Japon, notamment pour la photographie aérienne, et n'est sujet, pour le moment, à aucune restriction légale. Toutefois, l'incident de mercredi pourrait pousser le gouvernement à étudier la question, selon un haut responsable du cabinet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer