Séisme de magnitude 7,5 en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Un séisme de magnitude 7,5 s'est produit au large des côtes de... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Sydney

Un séisme de magnitude 7,5 s'est produit au large des côtes de Papouasie-Nouvelle Guinée lundi, ont prévenu des sismologues américains, avec un risque de «dangereuses» vagues de tsunami dans un rayon de 1000 kilomètres autour de l'épicentre.

La terre a tremblé à une profondeur de 33 kilomètres, à 55 kilomètres de la ville la plus proche, Kokopo, sur l'île de Nouvelle-Bretagne, et à 787 kilomètres de la capitale Port Moresby, a indiqué l'Institut géologique américain (USGS).

«En fonction des paramètres préliminaires du séisme (...) des vagues de tsunami dangereuses sont possibles pour les côtes situées dans un rayon de 1000 kilomètres autour de l'épicentre», a estimé le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique.

Ce risque de tsunami devait se limiter à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, avec des vagues de un à trois mètres. Des vagues plus petites de moins de 30 centimètres étaient possibles ailleurs dans le Pacifique, en Australie, au Japon, aux Philippines, en Nouvelle-Calédonie notamment.

La secousse initiale, d'abord mesurée à 7,7, a été suivie d'une réplique de magnitude 5,7 dans le même secteur.

Un sismologue de l'agence gouvernementale Geoscience Australia, Jonathan Bathgate, a indiqué qu'il était possible qu'un tsunami localisé se produise. Il a cependant estimé, compte tenu de la magnitude du séisme, que le tsunami éventuel serait vraisemblablement d'une ampleur réduite.

«Bien que les personnes aient senti une forte secousse (...), il est probable qu'il n'y ait pas de dégâts sur une zone étendue», a-t-il déclaré à l'AFP.

La ville la plus proche de l'épicentre, Kokopo, capitale de la province de Nouvelle-Bretagne orientale, compte environ 20 000 habitants.

«Tout le monde a eu peur. Ca a beaucoup secoué dans l'hôtel et des objets sont tombés», a témoigné Leonie Fakal, une employée d'un village de vacances à Kokopo, jointe par l'AFP. «Nous sommes tous sortis mais finalement les dégâts sont limités.»

Les tremblements de terre sont fréquents en Papouasie-Nouvelle-Guinée, située sur la Ceinture de feu du Pacifique, zone où se rencontrent des plaques tectoniques, ce qui produit une fréquente activité sismique et volcanique.

La dernière secousse d'importance ayant touché le territoire s'est produite en décembre dernier lorsqu'un séisme avait fait trembler l'île Bougainville dans l'archipel des Salomons.

En 2013, un séisme de magnitude 8 avait fait dix morts et détruit des centaines d'habitations sur les Salomons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer