Birmanie: près de 50 soldats tués

Les autorités avaient annoncé dans un premier temps... (PHOTO YE AUNG THU, AFP)

Agrandir

Les autorités avaient annoncé dans un premier temps qu'elles espéraient signer jeudi un accord à l'occasion de la fête nationale.

PHOTO YE AUNG THU, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
RANGOUN

Près de 50 soldats birmans ont été tués ces derniers jours au cours d'affrontements avec des rebelles dans une zone frontalière avec la Chine, ont annoncé vendredi des médias officiels.

Les combats font rage depuis le 9 février dans la région de Kokang, dans l'État Shan, réveillant un vieux conflit en sommeil depuis près de six ans.

«Les combats ont fait 47 morts dans les rangs des forces gouvernementales ainsi que 73 blessés, et cinq véhicules ont été détruits», indique le journal Global New Light of Myanmar.

Environ 200 rebelles de l'ethnie chinoise des Kokang ont attaqué jeudi une base militaire, faisant notamment usage de mortiers contre le quartier général, précise le journal. L'armée a mené cinq raids aériens en représailles.

Ces combats interviennent alors que des affrontements réguliers ont lieu ces derniers mois dans d'autres parties des États Shan et Kachin, dans le nord du pays, laissant planer le doute sur la capacité de la Birmanie a signé un cessez-le-feu.

Les autorités avaient annoncé dans un premier temps qu'elles espéraient signer jeudi un accord à l'occasion de la fête nationale. Mais elles ont reconnu que l'accord final n'était finalement pas encore prêt.

Le gouvernement quasi civil, qui a remplacé la junte en 2011, a promis de mettre fin aux guerres civiles alors que la Birmanie est le théâtre, depuis son indépendance des Britanniques en 1948, de conflits armés entre le pouvoir central et plusieurs des nombreuses minorités ethniques du pays.

Jeudi dernier, le représentant local des Nations unies a déclaré être préoccupé par les affrontements qui ont éclaté le mois dernier autour de Hpakant en Etat Kachin, piégeant des centaines de civils dans une zone de riche en jade.

Environ 100 000 personnes de l'État Kachin ont été déplacées depuis la rupture en juin 2011 du cessez-le-feu qui tenait depuis 17 ans. Le contrôle des abondantes ressources minières est une importante source de tensions dans cette zone frontalière de la Chine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer