Rencontre historique dimanche entre les États-Unis et le Bhoutan

Niché entre la Chine et l'Inde, le petit... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Niché entre la Chine et l'Inde, le petit État himalayen du Bhoutan, grand comme la Suisse, s'est volontairement privé pendant des décennies des moyens de communication modernes afin de sauvegarder sa culture, et n'a autorisé la télévision et internet qu'en 1999.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis et le Bhoutan auront dimanche des entretiens officiels à un niveau jamais vu, quand le secrétaire d'État John Kerry verra le premier ministre de ce royaume himalayen, Tshering Tobgay, ont annoncé vendredi des diplomates américains.

Cette rencontre historique doit se dérouler en Inde, dans la ville d'Ahmedabad (État du Gujarat, ouest) où le patron de la diplomatie américaine doit assister à un sommet d'investisseurs internationaux, selon un des responsables du département d'État.

Cet entretien entre M. Kerry et le premier ministre Tshering Tobgay est sans précédent puisque les discussions jusqu'ici n'ont jamais été «au-delà du rang de sous-secrétaire d'État adjoint», a expliqué un diplomate américain. «Ce sera évidemment le premier échange au niveau ministériel», a-t-il insisté.

Washington n'a pas d'ambassade à Thimphou, la capitale du Bhoutan, mais son ambassadeur en Inde est accrédité pour ce royaume bouddhiste de quelque 750 000 âmes.

«Nous sommes heureux de nos relations diplomatiques que nous cherchons à consolider et à faire croître», a commenté l'un des diplomates à Washington, avant le départ vendredi soir de M. Kerry pour l'Inde, via une étape à Munich (sud de l'Allemagne).

Le premier ministre bhoutanais est diplômé de l'université américaine de Pittsburgh et «est très enthousiaste à l'idée que des Bhoutanais puissent étudier aux États -Unis», a ajouté un des cadres du département d'État.

Les deux gouvernements devraient aussi parler de coopération énergétique.

Niché entre la Chine et l'Inde, le petit État himalayen du Bhoutan, grand comme la Suisse, s'est volontairement privé pendant des décennies des moyens de communication modernes afin de sauvegarder sa culture, et n'a autorisé la télévision et internet qu'en 1999.

Le «Pays du Dragon-Tonnerre», qui a largement bâti sa renommée sur le «Bonheur national brut» promu comme un mode de développement alternatif, est ainsi longtemps resté un des pays les plus isolés et les plus mystérieux du monde, limitant par exemple le tourisme. Internet et les téléphones portables se sont toutefois aujourd'hui répandus.

Ancienne monarchie absolue, le Bhoutan avait entamé sa démocratisation et sa modernisation sous l'impulsion de l'ancien roi Jigme Singye Wangchuck, qui avait promulgué une Constitution et organisé des élections. Il avait abdiqué en décembre 2006 en faveur de son fils couronné en novembre 2008, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, aujourd'hui âgé de 34 ans, le cinquième «Roi Dragon», surnommé le «prince charmant».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer