Efforts redoublés pour retrouver les victimes du vol d'AirAsia

Des experts étrangers doivent rejoindre les enquêteurs indonésiens... (Photo Reuters)

Agrandir

Des experts étrangers doivent rejoindre les enquêteurs indonésiens spécialisés dans la sécurité des transports pour localiser le fuselage et récupérer les boîtes noires qui sont essentielles pour déterminer les causes de la catastrophe.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PANGKALAN BUN

Les secouristes en Indonésie déployaient jeudi d'intenses efforts pour retrouver des victimes de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en mer de Java, des enquêteurs internationaux dont deux Français devant se joindre aux opérations pour localiser le fuselage de l'appareil.

Sept corps ont été repêchés depuis le début des opérations entreprises après la disparition dimanche de l'Airbus A320-200 avec 162 personnes à bord, qui s'est écrasé au large de l'île de Bornéo peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour.

Deux corps --celui d'un homme et d'une femme-- ont été identifiés et devraient être remis aux familles après une confirmation formelle jeudi, a indiqué la police indonésienne.

«Nous faisons un maximum d'efforts pour rechercher des corps et localiser le fuselage», a déclaré à l'AFP un responsable indonésien des opérations de recherches et de secours, Sunarbowo Sandi, ajoutant que le ciel était «dégagé», au lendemain d'une journée de mauvais temps qui a freiné les recherches.

Des experts étrangers doivent rejoindre les enquêteurs indonésiens spécialisés dans la sécurité des transports pour localiser le fuselage et récupérer les boîtes noires qui sont essentielles pour déterminer les causes de la catastrophe.

«Dix enquêteurs du comité national de sécurité des transports (KNKT), ainsi que deux Français et deux Singapouriens vont se joindre aux recherches aujourd'hui (jeudi) pour localiser le fuselage», a précisé M. Sandi.

«Nous espérons qu'une balise de détresse sous-marine va pouvoir détecter le faible signal émis par l'ELT (transmetteur de localisation d'urgence)», a-t-il ajouté.

Ce transmetteur émet des signaux aidant les secouristes à localiser un avion en cas d'accident.

Un avion de l'armée de l'air indonésienne avait repéré mardi une «ombre» au fond de la mer de Java, qui serait celle de l'avion d'AirAsia.

Opération multinationale

Quatre corps évacués à bord de navires de guerre ont été transférés sur terre jusqu'ici, et trois autres devaient l'être jeudi.

Deux corps ont déjà été transportés à Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, équipée pour procéder à l'examen et l'identification de 150 corps.

A bord de l'avion d'AirAsia se trouvaient 155 Indonésiens, le copilote français, trois Sud-Coréens, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien.

L'Airbus s'est abîmé en mer après avoir été confronté à de très mauvaises conditions météorologiques. Peu avant le décollage, le pilote avait demandé de dévier du plan de vol, et dans le ciel, il avait demandé de prendre de l'altitude avant que le contact ne soit perdu avec le contrôle aérien.

Des bateaux et avions de plusieurs pays, notamment les Etats-Unis, l'Australie, la Malaisie et Singapour, participent aux importantes recherches effectués en mer de Java.

Parmi les débris récupérés jusqu'ici figurent notamment une porte d'avion et plusieurs valises. Il y avait aussi «des en-cas, du porridge et trois parapluies», a déclaré mercredi le commandant du navire de guerre Bung, le colonel Yayan.

Du côté de l'enquête, les investigations se poursuivent pour établir les causes de l'accident, le troisième de l'année pour une compagnie aérienne malaisienne.

2014 a été une année noire pour l'aviation civile malaisienne, avec la perte de deux avions de la compagnie nationale Malaysia Airlines, à laquelle s'ajoute celui d'AirAsia.

Le 8 mars, le Boeing du vol MH370 disparaissait peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à son bord. Sa disparition reste inexpliquée à ce jour. Il se serait abîmé dans le sud de l'océan Indien, à court de carburant.

Le 17 juillet, un autre Boeing de Malaysia Airlines (vol MH17) assurant la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur explosait en vol, vraisemblablement abattu par un missile en survolant l'Est de l'Ukraine, dans une zone contrôlée par des rebelles pro-russes, où les combats sont récurrents. Il transportait 298 personnes, parmi lesquels 193 ressortissants néerlandais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer