Les Australiens interdits de voyager vers les foyers du terrorisme

«L'amendement sur les combattants étrangers, adopté aujourd'hui par... (PHOTO SAEED KHAN, ARCHIVES AFP)

Agrandir

«L'amendement sur les combattants étrangers, adopté aujourd'hui par le Parlement, va avant tout permettre de faciliter les poursuites à l'encontre des Australiens, qui ont combattu dans les rangs de groupes terroristes à l'étranger», a déclaré le premier ministre Tony Abbott.

PHOTO SAEED KHAN, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SYDNEY

L'Australie a durci jeudi ses lois antiterroristes, en interdisant désormais tout voyage vers les pays considérés comme des foyers du terrorisme international, dans l'espoir d'empêcher les candidats au djihad de se rendre en Syrie ou en Irak.

Quelque 70 Australiens seraient déjà partis au Moyen-Orient pour combattre aux côtés de groupes terroristes comme l'organisation État islamique, suscitant l'inquiétude de Canberra.

L'amendement aux lois antiterroristes, proposé par le gouvernement, vise à criminaliser tout déplacement, sans raison valable, dans une zone déclarée comme étant le théâtre d'activité d'une organisation terroriste ennemie.

La peine maximale encourue sera de dix ans de prison.

«L'amendement sur les combattants étrangers, adopté aujourd'hui par le Parlement, va avant tout permettre de faciliter les poursuites à l'encontre des Australiens, qui ont combattu dans les rangs de groupes terroristes à l'étranger», a déclaré le premier ministre Tony Abbott (conservateur).

«Il va aussi permettre de surveiller plus aisément ici les terroristes potentiels et "les prêcheurs de haine" qui les encouragent», a-t-il déclaré.

Le chef de l'exécutif a estimé devant le Parlement qu'une centaine d'Australiens apportaient un soutien financier ou faisaient du recrutement pour les djihadistes partis au Moyen-Orient.

Il a précisé qu'une vingtaine d'entre eux, qui avaient combattu aux côtés de groupes terroristes, étaient revenus en Australie et qu'en tout les passeports de 70 personnes avaient été annulés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer