Thaïlande: une adolescente est enlevée d'un train, violée et tuée

Une adolescente de 13 ans a été enlevée d'un train en mouvement, violée et... (Photo ATHIT PERAWONGMETHA, Reuters)

Agrandir

Photo ATHIT PERAWONGMETHA, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Thanyarat Doksone
Associated Press
BANGKOK, Thaïlande

Une adolescente de 13 ans a été enlevée d'un train en mouvement, violée et tuée, en Thaïlande, ce qui a provoqué l'indignation du public et des appels à la peine capitale pour les violeurs.

Le corps de la jeune fille a été retrouvé mardi matin près de la voie ferrée, dans le district de Pranburi de la province de Prachuap Khirikhan.

La fille, accompagnée de ses soeurs, revenait à la maison après avoir visité sa grand-mère. Elle est disparue samedi soir d'une couchette, durant le trajet de nuit entre la province du sud de Surat Thani et Bangkok, un itinéraire populaire également auprès des touristes qui visitent les îles du sud du pays.

Selon le commandant de la division de la protection des femmes et des enfants de la police, Napanwut Liemsa-nguan, les cas de viol sont rares dans les transports publics, mais ce cas démontre tout de même qu'il y a une faille dans le système de sécurité.

Un cheminot a été arrêté. Il a affirmé à la police qu'il était sous l'effet de l'alcool et des amphétamines lorsqu'il a perpétré l'attaque. Il est accusé de viol, de meurtre et d'avoir dissimulé un corps. Il risque la peine de mort.

Sur Instagram, des vedettes des médias thaïlandais ont joint leurs voix à celles demandant des modifications à la loi, de manière à ce que le viol entraîne automatiquement la peine de mort.

Sur le site de mouvements sociaux Change.org, une pétition, demandant au chef militaire thaïlandais d'apporter de tels amendements à la loi, a récolté près de 15 000 signatures en une journée. L'armée dirige le pays depuis qu'elle a renversé un gouvernement élu en mai dernier.

Un porte-parole de la junte militaire au pouvoir a affirmé que le chef, le commandant général Prayuth Chan-ocha, avait pressé les autorités de traduire rapidement le criminel en justice, et qu'il avait demandé aux agences concernées de se pencher sur des mesures de sécurité additionnelles à appliquer pour prévenir de tels incidents.

Du côté de la compagnie ferroviaire de l'État, on affirme qu'une rencontre sera organisée entre toutes les parties impliquées et que le processus d'embauche sera revu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer