Rodman chante pour Kim Jong-un pour son anniversaire

Publicité
Agence France-Presse
Pyonyang

L'ancienne star du basket américain Dennis Rodman a chanté «Happy birthday to you!» au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang mercredi, avant de rejoindre l'équipe qui jouait pour célébrer l'événement.

Sur une vidéo mise en ligne, on voit l'ancien basketteur de la NBA, connu pour ses excentricités, entrer sur un terrain couvert de basket de la capitale nord-coréenne et chanter en hommage au jeune dirigeant du pays devant quelques milliers de spectateurs.

Kim Jong-un, qui a eu 31 ans cette semaine, a assisté au match qui opposait des vétérans de la NBA à une équipe nord-coréenne en compagnie de son épouse Ri Sol-ju, et d'autres responsables.

Kim Jong-un a déclaré que la visite de l'équipe américaine en Corée du Nord était la bienvenue et qu'elle «était une bonne occasion pour promouvoir la compréhension entre les deux pays», a précisé l'Agence centrale coréenne d'information (publique).

Dennis Rodman, qui portait des lunettes noires, faisait des signes au public pendant qu'il chantait. Entretemps des joueurs retraités de la NBA et des basketteurs nord-coréens tapaient des mains.

La vedette américaine, bardée de tatouages, est arrivée à Pyongyang lundi pour sa quatrième tournée en Corée du Nord en 12 mois. Dennis Rodman est accompagné d'autres joueurs vedettes de la NBA dont Doug Christie, Craig Hodges et Charles Smith.

Dennis Rodman a été vivement critiqué pour ne pas avoir évoqué à l'occasion de ces tournées la question des droits de l'homme et le sort de l'Américain détenu en Corée du Nord, Kenneth Bae.

«Dans des circonstances adéquates, le basket peut servir de pont entre les communautés, mais tel n'est pas le cas», a estimé mardi Otis Birdsong, ancienne vedette, lui aussi, de la NBA et actuel président de l'Association nationale des joueurs retraités de basketball.

Le gouvernement américain, qui n'a pas de relations diplomatiques avec la Corée du Nord, a pris ses distances par rapport à l'initiative de Dennis Rodman.

Selon l'agence Chine nouvelle, Dennis Rodman a joué la première mi-temps puis s'est changé avant de rejoindre «son ami Kim». Les deux hommes ont bavardé, fumé et commenté la partie, précise l'agence.

Le basketteur américain a déclaré, toujours selon Chine nouvelle, qu'il «percevait l'amour et l'enthousiasme que le peuple nord-coréen ressentait à l'égard de son dirigeant». Interviewé lundi lors de son passage à Pékin, Rodman a prévenu qu'il ne soulèverait pas la question de la répression en Corée du Nord avec ses interlocuteurs «parce que Kim était son ami et qu'il l'aimait».

Le mois dernier, le jeune Kim Jong-un a organisé l'exécution de son oncle et mentor politique, le tout-puissant Jang Song-thaek, accusé de trahison et de corruption.

Élevé en Suisse, Kim Jong-un a la réputation d'être un inconditionnel du basket et un fan des Bulls de Chicago, l'ancienne équipe de Rodman.

Hwaebul, l'équipe nord-coréenne, a battu les vétérans de la NBA 47 à 39 pendant la première mi-temps. A la deuxième mi-temps les joueurs des deux pays ont formé deux équipes mixtes: l'équipe blanche et l'équipe verte. Les Blancs ont battu les Verts 63 à 54.

Mardi, Dennis Rodman s'est mis en colère lorsque la chaîne de TV CNN lui a demandé s'il interviendrait en faveur de l'américain Kenneth Bae détenu en Corée du Nord depuis novembre 2012 et condamné à 15 ans de travaux forcés pour avoir «fait entrer des produits inflammables dans le pays et tenté de renverser le gouvernement».

Le basketteur américain a laissé entendre que Kenneth Bae devait avoir fait quelque chose qui justifiait qu'on le mette en prison.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer