Mexique: les secouristes à la recherche des souffles de vie

On compte une quarantaine de bâtiments écroulés à... (PHOTO AFP)

Agrandir

On compte une quarantaine de bâtiments écroulés à Mexico, mégalopole de 20 millions d'habitants, selon le maire Miguel Angel Mancera, qui assure que «nous continuons à rechercher des gens».

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yussel GONZALEZ, Jennifer GONZALEZ COVARRUBIAS
Agence France-Presse
Mexico

«Il y a des personnes vivantes ici, c'est sûr!» : les secouristes sondaient mercredi le moindre souffle de vie sous les décombres d'une école où 21 enfants ont péri lors du séisme qui a fait au moins 230 morts dans la région de Mexico.

«Nous avons 100 personnes (mortes) à Mexico, en comptant les enfants de l'école Rebsamen, 69 (dans l'État de) Morelos, 43 à Puebla, 13 dans l'État de Mexico, quatre dans le Guerrero, un à Oaxaca», a déclaré à la télévision le directeur de la Protection civile, Luis Felipe Puente, revoyant certains bilan locaux à la hausse et d'autres légèrement à la baisse, au lendemain de la catastrophe.

Comme d'autres bâtiments effondrés de Mexico où il pourrait y avoir des survivants, le site de l'école primaire et secondaire Enrique Rebsamen, à l'extrême sud de la capitale, ressemble à une fourmilière où grouillent des casques blancs, jaunes, rouges, oranges, verts et bleus des différents corps participant aux opérations.

Avec d'autres bénévoles, Enrique Garcia, chef d'entreprise de 37 ans et secouriste volontaire, participe aux recherches depuis un jour et demi au milieu des décombres de l'école.

«On a entendu des signes» de vie «à trois endroits» différents, assure-t-il. «Quelqu'un a tapé un mur plusieurs fois à un endroit, puis à un autre, il y a eu une réponse à des signaux lumineux avec une lampe», ajoute-t-il.

«Nous sommes là depuis hier mais on n'arrive pas à les atteindre car ils sont entre deux dalles et il faut les dégager très délicatement», explique le secouriste.

Au moins 21 élèves âgés de sept à 13 ans, ainsi que cinq adultes, sont morts et une trentaine d'enfants restent portés disparus, selon les services de secours. Jusqu'à présent, 11 enfants et une maîtresse ont été extraits vivants des décombres.

Des bénévoles distribuent des bouteilles d'eau à Mexico.... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Des bénévoles distribuent des bouteilles d'eau à Mexico.

REUTERS

Aide de plusieurs pays

Plusieurs pays, dont Israël, le Chili et le Salvador ont annoncé l'envoi de renforts au Mexique.

Dans les rues de Mexico, des dizaines de personnes attendaient angoissées des nouvelles de proches disparus.

Les dégâts se concentraient dans le sud de la ville et les quartiers branchés de la Roma et la Condesa, connus pour leurs bars et restaurants et où résident de nombreux étrangers.

À la Condesa, Karen Guzman est assise sur le trottoir. Elle tourne le dos à un immeuble effondré où quelque 30 personnes pourraient être vivantes sous les gravats.

Le nom de son frère, Juan Antonio Guzman, comptable de 43 ans qui se trouvait au 4e et dernier étage, ne figure pas sur les listes des personnes secourues accrochées entre deux poteaux d'électricité.

«Ma mère est en train de le chercher dans les hôpitaux (...) Il doit être vivant, je sais qu'on va le sortir», assure-t-elle dans un mélange de désespoir et de colère.

On compte une quarantaine de bâtiments écroulés à Mexico, mégalopole de 20 millions d'habitants, selon le maire Miguel Angel Mancera, qui assure que «nous continuons à rechercher des gens». Au moins 40 personnes ont été retrouvées en vie dans deux bâtiments écroulés, a-t-il fait savoir, ajoutant que les structures de quelque 600 autres constructions allaient être inspectées.

Le séisme de mardi est survenu 32 ans jour pour jour après le grand tremblement de terre de 1985, qui avait fait plus de 10 000 morts et reste un traumatisme national au Mexique.

Une voiture détruite par le séisme dans la... (AFP) - image 3.0

Agrandir

Une voiture détruite par le séisme dans la ville de Jojutla de Juárez,

AFP

Minute de silence  

Des dizaines de répliques ont été enregistrées et les autorités appellent les habitants à la plus grande prudence.

«Si vous ne vous sentez pas en sécurité, on vous recommande de ne pas rester dans votre habitation», a prévenu Carlos Valdés, le directeur du Centre national des désastres.

Cette nouvelle tragédie frappe un pays encore sous le coup d'un séisme de magnitude 8,2 - le plus puissant en un siècle au Mexique -, qui a fait une centaine de morts et plus de 200 blessés dans le sud du pays le 7 septembre.

Situé à la jonction de cinq plaques tectoniques, le Mexique est l'un des pays du monde où l'activité sismique est la plus forte.

Dans les États de Puebla et Morelos, où se trouvait l'épicentre du séisme, les recherches se poursuivaient également. Dans la ville de Cuernavaca, capitale de Morelos, au sud de Mexico, on déplorait d'importante destructions, selon une vidéo de l'AFP.

«Il va falloir reconstruire une partie importante de la ville de Jojutla qui a été détruite», a déclaré à une chaîne locale Graco Ramirez, le gouverneur de Morelos, où l'on dénombre 69 morts.

«Que Dieu bénisse les gens de Mexico! Nous sommes avec vous et nous serons là pour vous», a tweeté le président américain Donald Trump, dont les relations avec le Mexique sont exécrables. L'Espagne, l'Allemagne et d'autres pays ainsi que le pape François ont exprimé leur solidarité.

En Espagne, le Real Madrid et le Betis de Séville ont observé une minute de silence mercredi soir, avant le début de cette rencontre comptant pour la 5e journée de la Liga.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer