La Colombie va exhumer les corps de personnes massacrées par les FARC

Le 2 mai 2002, lors d'affrontements entre les... (PHOTO Federico Rios , ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le 2 mai 2002, lors d'affrontements entre les FARC et les paramilitaires, au moins 79 personnes sont mortes alors qu'elles s'étaient réfugiés dans une église de Bojaya pour échapper aux violences.

PHOTO Federico Rios , ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BOGOTA

Les corps de personnes massacrées en 2002 par la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) à Bojaya vont commencer à être exhumés afin d'être restitués aux familles, ont indiqué les autorités lors du quinzième anniversaire de ce drame.

«Ils commenceront à creuser le 4 mai et termineront les recherches le 4 juin», a déclaré à l'AFP une source judiciaire.

Selon cette dernière, le nombre de personnes massacrées en 2002 pourrait s'élever à 90 et non à 79 comme estimé dans un premier temps.

Les exhumations se dérouleront dans la ville de Bojaya (situé à 580 km au nord-ouest de Bogota), dans des communes situées autour ainsi que dans le département d'Antioquia, où ont été enterrés des morts.

Le 2 mai 2002, lors d'affrontements entre les FARC et les paramilitaires, au moins 79 personnes sont mortes alors qu'elles s'étaient réfugiés dans une église de Bojaya pour échapper aux violences.

Une bonbonne de gaz piégée avait été lancée par les FARC sur cette église, provoquant un massacre.

Les corps de la majorité des victimes ont déjà été identifiés par des laboratoires et attendent désormais d'être restitués aux familles.

Des fouilles seront également effectuées dans d'autres zones afin de s'assurer que d'autres corps n'ont pas été enterrés ailleurs.

«Ce que nous souhaitons, c'est récupérer les corps et leur offrir une sépulture chrétienne pour commencer le processus de deuil», a déclaré à l'AFP Leyner Palacios, membre du comité des victimes de Bojaya, qui a perdu 32 amis et membres de sa famille lors de cette tragédie.

Après ce massacre, au cours duquel 110 personnes ont également été blessées, plus de 1700 familles avaient quitté Bojaya, selon des sources officielles.

Le conflit armé colombien a impliqué au fil des décennies guérillas d'extrême gauche, paramilitaires d'extrême droite et forces de l'ordre, faisant au moins 260 000 morts, plus de 60 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer