Matthew: 9 morts dans les Caraïbes, les États-Unis menacés

  • L'ouragan <em>Matthew</em> a violemment frappé Haïti. Les Cayes, troisième ville d'Haïti, a été « vraiment très endommagée », selon le directeur d'une ONG. Sur cette photo, un homme y pousse son vélo après le passage de Matthew. (Andres Martinez Casares, Reuters)

    Plein écran

    L'ouragan Matthew a violemment frappé Haïti. Les Cayes, troisième ville d'Haïti, a été « vraiment très endommagée », selon le directeur d'une ONG. Sur cette photo, un homme y pousse son vélo après le passage de Matthew.

    Andres Martinez Casares, Reuters

  • 1 / 11
  • Des personnes bravent la pluie et les rafales à Les Cayes, en Haïti. Quelque 1800 maisons de cette ville ont été totalement inondées, selon un bilan partiel. (Andres Martinez Casares, REUTERS)

    Plein écran

    Des personnes bravent la pluie et les rafales à Les Cayes, en Haïti. Quelque 1800 maisons de cette ville ont été totalement inondées, selon un bilan partiel.

    Andres Martinez Casares, REUTERS

  • 2 / 11
  • <em>Matthew</em> a inondé ce terrain, à Leogane, en Haïti. (Dieu Nalio Chery, AP)

    Plein écran

    Matthew a inondé ce terrain, à Leogane, en Haïti.

    Dieu Nalio Chery, AP

  • 3 / 11
  • Un homme marche dans l'eau laissée par le passage de <em>Matthew</em> à Cité Soleil, une commune d'Haïti inondée, située dans l'arrondissement de Port-au-Prince. (HECTOR RETAMAL, AFP)

    Plein écran

    Un homme marche dans l'eau laissée par le passage de Matthew à Cité Soleil, une commune d'Haïti inondée, située dans l'arrondissement de Port-au-Prince.

    HECTOR RETAMAL, AFP

  • 4 / 11
  • Des habitants de Cité Soleil regardent ce qui a l'apparence d'une rivière, mais qui est en fait une route. Des milliers de personnes ont dû trouver refuge à cause de <em>Matthew.</em> (AFP)

    Plein écran

    Des habitants de Cité Soleil regardent ce qui a l'apparence d'une rivière, mais qui est en fait une route. Des milliers de personnes ont dû trouver refuge à cause de Matthew.

    AFP

  • 5 / 11
  • Un ouvrier a placardé les fenêtres de ce magasin à Kingston, la capitale de la Jamaïque, avant le passage de <em>Matthew</em>. (Eduardo Verdugo, AP)

    Plein écran

    Un ouvrier a placardé les fenêtres de ce magasin à Kingston, la capitale de la Jamaïque, avant le passage de Matthew.

    Eduardo Verdugo, AP

  • 6 / 11
  • Le passage de l'ouragan sur la République dominicaine a tué quelques personnes et endommagé des centaines de bâtiments. Sur cette photo, un homme tente de dégager un égout à Santo Domingo. (Ezequiel Abiu Lopez, AP)

    Plein écran

    Le passage de l'ouragan sur la République dominicaine a tué quelques personnes et endommagé des centaines de bâtiments. Sur cette photo, un homme tente de dégager un égout à Santo Domingo.

    Ezequiel Abiu Lopez, AP

  • 7 / 11
  • Après la République dominicaine, Matthew a touché l'est de Cuba avec des vents qui soufflaient toujours à 220 km/h accompagnés de leurs cortèges de pluies battantes et de lames de fond. (Ramon Espinosa, AP)

    Plein écran

    Après la République dominicaine, Matthew a touché l'est de Cuba avec des vents qui soufflaient toujours à 220 km/h accompagnés de leurs cortèges de pluies battantes et de lames de fond.

    Ramon Espinosa, AP

  • 8 / 11
  • Après Haïti, la République dominicaine et Cuba, <em>Matthew</em> se dirigeait vers les États-Unis. Une génératrice, de l'essence et des bâches remplissent le panier de cette résidante de la Floride. Les résidants de cet État et de la Caroline du Nord se sont rués dans les magasins pour se préparer au passage de l'ouragan. (Amy Beth Bennett, South Florida Sun-Sentinel via AP)

    Plein écran

    Après Haïti, la République dominicaine et Cuba, Matthew se dirigeait vers les États-Unis. Une génératrice, de l'essence et des bâches remplissent le panier de cette résidante de la Floride. Les résidants de cet État et de la Caroline du Nord se sont rués dans les magasins pour se préparer au passage de l'ouragan.

    Amy Beth Bennett, South Florida Sun-Sentinel via AP

  • 9 / 11
  • Ce résidant de Pompano Beach, en Floride, fait quant à lui des provisions d'eau en prévision du passage de <em>Matthew</em>. (Amy Beth Bennett, South Florida Sun-Sentinel via AP)

    Plein écran

    Ce résidant de Pompano Beach, en Floride, fait quant à lui des provisions d'eau en prévision du passage de Matthew.

    Amy Beth Bennett, South Florida Sun-Sentinel via AP

  • 10 / 11
  • Ces hommes aident leurs proches à vider leur maison qui est sur le bord de la plage, à   Garden City Beach, dans la Caroline du Sud. (Randall Hill, REUTERS)

    Plein écran

    Ces hommes aident leurs proches à vider leur maison qui est sur le bord de la plage, à   Garden City Beach, dans la Caroline du Sud.

    Randall Hill, REUTERS

  • 11 / 11

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kerry SHERIDAN, Christophe VOGT
Agence France-Presse
MIAMI et WASHNGTON

L'ouragan Matthew, le plus puissant dans les Caraïbes depuis une décennie, progressait mercredi vers les côtes américaines après avoir fait au moins neuf morts lors de son passage destructeur sur Haïti, la République dominicaine et Cuba.

Matthew a été rétrogradé d'un cran à une catégorie 3 (sur une échelle qui en compte 5) mercredi matin par les services de surveillance des ouragans américains (NHC).

> Consultez le site du NHC

Après avoir affecté «durement» Cuba, l'ouragan vise les Bahamas qui étaient déjà battus mercredi matin par des pluies torrentielles, de fortes bourrasques et les côtes devraient voir de brusques montées des eaux, selon le bulletin du NHC de 11h.

La trajectoire de Matthew

L'aéroport de la capitale Nassau devait fermer à 11h, et des dizaines d'autres disséminés sur les quelques 700 îles et îlots de l'archipel vont suivre à mesure de la progression de l'ouragan vers le nord. Le port de Nassau devrait fermer à midi.

Selon le cumul des chiffres transmis par le ministère du Tourisme, quelque 10 000 visiteurs se trouvaient encore sur place mardi, dont 1600 devaient être évacués dans la journée de Grand Bahama.

L'ouragan s'est légèrement renforcé à 195 km/h, contre 185 km/h. Au pire, vendredi, il a soufflé à 260 km/h (cat. 5).

Aux États-Unis, où le souvenir du destructeur ouragan Sandy de 2012 (cat. 3) est encore dans tous les esprits, les gouverneurs des Etats méridionaux de la côte Est ont décrété l'état d'urgence et, pour certains, ordonné l'évacuation des populations côtières.

C'est le cas en Caroline du Sud, où plus d'un million de personnes ont ordre de se réfugier dès mercredi à l'intérieur des terres, et dans plusieurs comtés de Floride.

Matthew a fait au moins neuf morts, cinq en Haïti et quatre en République dominicaine, selon un bilan encore très provisoire.

Une bonne partie des zones frappées de plein fouet en Haïti étaient toujours coupées du monde après l'effondrement d'un pont mardi. Elles ne devraient pas être accessibles avant samedi ou dimanche.

Quelque 1800 maisons ont été totalement inondées, selon un bilan partiel.

Le bureau des Nations unies pour l'aide humanitaire (OCHA) a estimé mercredi matin que 300 000 personnes en Haïti avaient besoin d'une assistance immédiate, soulignant que la moitié des habitants du pays devrait être affectée.

Selon le directeur pour Haïti de l'ONG Heifer International, Les Cayes, troisième ville du pays, est «vraiment très endommagée. La plupart des toits des maisons, des magasins, des stations-service sont tous partis».

«Les entreprises près de l'océan ont totalement disparu, emportées», a indiqué à l'AFP Hervil Cherubin, soulignant que des exploitations agricoles (plantain, riz, haricots) avaient «disparu» et que des animaux d'élevage étaient morts.

Haïti est le pays de la région le plus vulnérable aux aléas climatiques en raison de l'importante déforestation et de l'érosion des sols. Une élection notamment présidentielle était prévue dimanche, les autorités électorales doivent tenir une conférence de presse en fin de matinée.

Bilan provisoire

Le passage de l'ouragan sur la République dominicaine voisine a provoqué la mort de quatre personnes et endommagé près de 200 maisons, ont annoncé les autorités locales.

Matthew a ensuite touché l'est de Cuba avec des vents soufflant toujours à 220 km/h accompagnés de leur cortège de pluies battantes et de lames de fond.

Toujours à Cuba, la base militaire de Guantánamo n'abrite plus que le personnel indispensable. Les 61 prisonniers du très controversé centre de détention restent sur place, a précisé l'armée, affirmant que les bâtiments étaient prévus pour résister à des tempêtes de cette magnitude.

Selon l'OCHA, près de 600 000 personnes se trouvaient mardi soir dans des abris en Haïti (300 000 dans 1300 refuges), République dominicaine, Jamaïque et Cuba (251 000). Et 73 000 personnes ont été affectées en Colombie.

L'agence fédérale pour le développement international (USAID), une branche du département d'Etat, va fournir pour 1,5 million de dollars d'aide aux pays affectés, dont un million en nourriture. Et un avion de l'USAID doit survoler Haïti dans la journée pour une première évaluation des dégâts.

L'US Navy prépare un navire-hôpital, et quelque 300 Marines ont embarqué sur le navire amphibie USS Mesa Verde en prévision d'une mission d'assistance en Haïti.

Records battus

Aux États-Unis, le président Barack Obama qui devait se rendre en Floride pour participer à une réunion électorale de soutien à Hillary Clinton, qui veut lui succéder à la Maison-Blanche, a annulé son voyage et va en lieu et place visiter l'agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).

Matthew, qui devrait atteindre les côtes américaines en tant qu'ouragan «majeur», soit au moins catégorie 3 (vents supérieurs à 178 km/h), a déjà établi des records.

Selon l'expert en ouragans dans l'Atlantique Philip Klotzbach, de l'université d'État du Colorado, Matthew détient le record de longévité en catégorie 4-5 dans les Caraïbes. C'est aussi le premier en neuf ans à atteindre la catégorie 5 dans l'Atlantique et le premier catégorie 4 à passer sur Cuba depuis Ike (2008).

Et, selon lui, il est en passe de ravir le record de longévité en «majeur» dans l'Atlantique à Ivan (10 jours, en 2004).

Cuba: quatre localités côtières coupées du reste de l'île

Des blocs de pierre projetés sur les routes isolaient mercredi quatre localités côtières dans l'est de Cuba du reste de l'île, au lendemain du passage de l'ouragan Matthew, les autorités ne faisant pas état de victimes dans l'immédiat.

La province de Guantánamo a été violemment balayée mardi soir par de fortes averses, des vents violents atteignant jusqu'à 220 km/h et d'importantes lames de fond provoqués par Matthew, qui a quitté les côtés cubaines dans la nuit pour se diriger vers les Bahamas.

Mercredi, les municipalités de Maisi, Baracoa, Imias et San Antonio del Sur, d'une population cumulée de près de 158 000 personnes, demeuraient isolées du reste du pays.

Les routes menant à ces villes côtières ont été bloquées par des amas de blocs de pierre projetés pendant la pénétration maritime, a déclaré mercredi à la presse le général Ramon Espinosa Matin, vice-ministre des Forces armées.

À Baracoa, ville de 82 000 habitants connue pour avoir été la première à avoir été fondée sur l'île, «il y a beaucoup de dégâts. Nous n'avons pas d'informations sur d'éventuelles vies perdues, mais les pertes matérielles paraissent conséquentes», a déclaré le général Espinosa lors d'un point presse improvisé sur l'une de ces routes.

Pour les autres localités, le général a indiqué que la situation était «extrêmement complexe», les communications étant pour l'instant totalement coupées.

Cette partie du pays avait déjà été frappée en 2012 par l'ouragan Sandy, qui avait fait 11 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer