La Colombie dans l'incertitude après le rejet de l'accord de paix avec les FARC

Des habitants de Bogota célèbrent la victoire du... (Photo DIANA SANCHEZ, AFP)

Agrandir

Des habitants de Bogota célèbrent la victoire du Non au référendum sur le traité de paix avec la guerrila des FARC, dimanche.

Photo DIANA SANCHEZ, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Florence PANOUSSIAN
Agence France-Presse
Bogota

Contre toute attente, les Colombiens ont rejeté de peu dimanche la paix avec la guérilla des Farc lors d'un référendum sur l'accord visant à terminer 52 ans de conflit, mais le président Juan Manuel Santos a affirmé qu'il ne se rendra pas.

Le rejet surprise dimanche par les Colombiens de l'accord de paix conclu par le gouvernement avec la guérilla des FARC plonge la Colombie dans l'incertitude et met en difficulté son président, Juan Manuel Santos.

«Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix», a réagi le chef de l'État, après son échec cinglant. Le cessez-le-feu bilatéral et définitif, observé depuis le 29 août, «reste valide et restera en vigueur», a-t-il assuré.

Chef des FARC, Timochenko a déploré «que le pouvoir destructeur de ceux qui sèment la haine et la rancoeur ait influé sur l'opinion de la population colombienne». Il a réitéré la disposition des guérilleros «à ne faire usage que de la parole comme arme de construction de l'avenir».

Visant à clore 52 ans de conflit, l'accord de paix a été rejeté lors d'un référendum dimanche par 50,21% des votants contre 49,78% pour le «Oui», auparavant donné gagnant dans la plupart des sondages.

Près de 34,9 millions d'électeurs étaient appelés à répondre à la question: «Soutenez-vous l'accord final d'achèvement du conflit et de construction d'une paix stable et durable?», titre du document de 297 pages issu de près de quatre ans de pourparlers.

Pays garant de l'accord de paix en Colombie, la Norvège s'est dite lundi «très déçue» et a appelé à «sauver la paix». «Il ne fait aucun doute que nous sommes très déçus», a déclaré le chef de la diplomatie norvégienne, Børge Brende, à la radio NRK.

Le président de l'Équateur, Rafael Correa, a espéré que la paix «gagnera» au final, tandis que son homologue français, François Hollande, apportait son «plein soutien» au président colombien et saluait «son courage politique».

Lors du référendum, le «Oui» a recueilli quelque 6,3 millions de voix, le «Non» plus de 6,4 millions.

La participation n'a été que de 37,28%. Mais depuis 1958, elle s'établit généralement entre 33% et 58,47%, record jamais dépassé depuis 1974.

Les opposants à l'accord avaient fait campagne en dénonçant notamment le «laxisme» des sanctions prévues contre les auteurs des crimes les plus graves et la participation des guérilleros démobilisés à la vie politique, craignant un «castro-chavisme» inspiré des régimes cubain et vénézuélien.

«Chemin à suivre»

La consultation avait été voulue par M. Santos afin de donner la «plus large légitimité» possible à l'accord qu'il a signé le 26 septembre avec le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre Timoleon Jiménez ou Timochenko.

Le devenir de l'accord, largement soutenu par la communauté internationale, est désormais incertain.

Il entendait mettre fin à la plus ancienne confrontation armée de l'hémisphère nord. Au fil des décennies, ce conflit complexe a impliqué guérillas d'extrême gauche, paramilitaires d'extrême droite et forces de l'ordre, faisant plus de 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

En septembre, M. Santos avait déclaré à l'AFP que si le «Non» l'emportait, les guérilleros retourneraient «dans la jungle». Après le référendum, il a toutefois annoncé qu'il convoquerait lundi «toutes les forces politiques (...) afin de les écouter, d'ouvrir des espaces de dialogue et décider du chemin à suivre».

Le prédécesseur du président centriste, Alvaro Uribe, féroce opposant à l'accord et leader de l'opposition de droite, a proposé «un grand pacte national».

Pour la politologue Arlene Tickner, de l'Université du Rosario, l'issue du référendum peut être interprétée comme «un triomphe d'Uribe».

Le pacte avec les FARC, nées en 1964 d'une insurrection paysanne et qui comptent encore 5765 combattants, prévoyait qu'elles se convertissent en parti politique après avoir remis leurs armes à l'ONU.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer