Rencontre historique entre le pape et le chef de l'Église russe

Le pape François (à gauche) va rencontrer le... (PHOTOS AP)

Agrandir

Le pape François (à gauche) va rencontrer le patriarche orthodoxe russe Kirill (à droite) le 12 février à Cuba.

PHOTOS AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Louis DE LA VAISSIÈRE
Agence France-Presse
CITÉ DU VATICAN

Le pape François va rencontrer le patriarche orthodoxe russe Kirill le 12 février à Cuba, pour un tête-à-tête historique dans le monde chrétien, quelques mois avant un autre geste du pape, en direction des protestants.

Après l'annonce de sa participation à une célébration, le 31 octobre en Suède pour lancer la commémoration du 500e anniversaire de la Réforme de Martin Luther, l'annonce de la rencontre du pape avec le patriarche russe confirme sa volonté d'accélérer la réconciliation entre chrétiens, au risque de susciter des réticences au sein du monde catholique.

Ce sera «la première rencontre dans l'Histoire» entre les deux principaux dirigeants des chrétiens d'Orient et d'Occident, séparés depuis le schisme de 1054, s'est félicité le Vatican. «Un événement d'une importance absolument exceptionnelle», a insisté le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

«Ce n'est pas une rencontre improvisée et elle est préparée depuis deux ans», a-t-il précisé.

La séparation entre catholiques et orthodoxes, scellée dans le schisme de 1054 entre Rome et Constantinople, est liée à des questions théologiques complexes, mais aussi des motifs politiques: l'Occident carolingien voulait exercer son autorité sur l'ensemble du monde chrétien à travers le pape, tandis que l'Orient souhaitait maintenir son indépendance.

Si les deux Églises sont finalement assez proches sur les questions théologiques, les différences sont encore nombreuses et profondes: elles portent toujours sur la primauté du pape, mais aussi sur le conflit ukrainien, où se manifestent une nouvelle fois les divisions entre grecs-catholiques rattachés à Rome et orthodoxes rattachés à Moscou.

Les deux chefs religieux, qui avaient besoin d'un terrain neutre, profiteront de la visite du patriarche russe en Amérique latine et du voyage du pape au Mexique pour se retrouver quelques heures à l'aéroport de La Havane, où ils seront accueillis par le président Raúl Castro. Le patriarche connaît bien pourtant le Vatican où il s'était rendu à plusieurs reprises quand il était «ministre des Affaires étrangères» de l'Église russe.

Après une entrevue qui pourrait durer jusqu'à trois heures, les deux hommes doivent publier une déclaration commune.

À la suite du rendez-vous historique de Paul VI et Athénagoras en 1964 à Jérusalem, de nombreuses rencontres et déclarations communes ont déjà eu lieu entre un pape et le patriarche de Constantinople, théoriquement chef spirituel du monde orthodoxe, mais qui n'a d'autorité directe que sur 3,5 millions de fidèles.

Avec 130 millions de fidèles, c'est dans les faits l'Église orthodoxe russe qui domine les 14 Églises autocéphales orthodoxes.

«OEcuménisme du sang»

Avant François, ses prédécesseurs Jean Paul II et Benoît XVI avaient tour à tour souhaité une rencontre avec le patriarche de Moscou.

Jean Paul II avait parlé de la nécessité de rapprocher «les deux poumons» de la chrétienté, mais le patriarcat de Moscou a mal vécu le pontificat de ce pape polonais, qui soutenait les grecs-catholiques ukrainiens, une des Églises catholiques d'Orient.

La relation a été plus apaisée avec Benoît XVI, dont le patriarcat russe appréciait le conservatisme doctrinal. Moscou fustige en effet régulièrement ce qu'il considère comme un laxisme doctrinal des évêques catholiques occidentaux sur la famille, l'homosexualité et le mariage.

Du côté du Saint-Siège, certains déplorent en privé le nationalisme de l'Église russe et ses liens avec le Kremlin, mais le Vatican a évité toute confrontation ouverte ces dernières années.

La modération du Saint-Siège dans les condamnations de la politique interventionniste en Ukraine du président russe Vladimir Poutine - reçu à deux reprises au Vatican - a été appréciée à Moscou et douloureusement perçue par les grecs-catholiques ukrainiens, qui soutiennent le gouvernement de Kiev.

Le pape François a fait de l'oecuménisme une priorité absolue, insistant sur le fait que les chrétiens luttent ensemble, en particulier au Moyen-Orient, contre le radicalisme islamiste.

Il utilise souvent la formule «oecuménisme du sang» pour évoquer les martyrs chrétiens, de la Syrie au Nigéria, relevant qu'ils sont ciblés en tant que chrétiens, et non en tant que catholiques, orthodoxes, protestants ou anglicans.

«La situation actuelle au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et centrale et dans quelques autres régions où les extrémistes se livrent à un véritable génocide des populations chrétiennes, nécessite des mesures urgentes et une véritable coordination entre les églises chrétiennes», a reconnu l'Église orthodoxe russe dans un communiqué.

«Le thème de la persécution des chrétiens sera central» dans la rencontre, a-t-elle ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer