Haïti: le président Martelly, sans successeur, fait ses adieux

Le président haïtien, Michel Martelly... (PHOTO HECTOR RETAMAL, AFP)

Agrandir

Le président haïtien, Michel Martelly

PHOTO HECTOR RETAMAL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Le président haïtien Michel Martelly, sans successeur suite au report des élections, a déclaré jeudi qu'il ne «regrette pas un jour» des cinq années passées à la tête de l'État dans un discours prononcé à 48 heures de la fin de son mandat.

«Je dis merci à tous ceux qui m'ont permis de servir mon pays. C'était un honneur pour moi. Je ne regrette pas un jour, je ne sens pas que j'ai failli une journée», a déclaré ému le président lors de l'inauguration d'un bâtiment du ministère de l'Intérieur, détruit lors du séisme de 2010.

Devant les contestations de l'opposition dénonçant un «coup d'État électoral» fomenté par l'exécutif, le processus électoral a été stoppé, le second tour de la présidentielle reporté sine die.

Levant les doutes sur son éventuel maintien au pouvoir au-delà du 7 février, date fixée par la constitution pour la fin de son mandat, Michel Martelly a confirmé qu'il allait quitter son poste dimanche.

«Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire, rien ne m'en donne l'envie, je n'ai peur de rien», a-t-il déclaré d'une voix faible en ajoutant qu'il partait «sans regret, sans envie, sans attache. Au contraire je me sentirai plus libre, car les problèmes que je gérais ne seront plus de ma responsabilité».

Dans l'édifice ministériel flambant neuf construit grâce à l'aide internationale, Michel Martelly a fustigé les accusations d'ingérence de pays étrangers.

«On parle de l'ingérence des pays amis avec des termes qui ne sont pas toujours gentils. Moi je dis un gros merci à la coopération parce que je pourrais citer un tas de choses qu'on a réalisé grâce à la coopération», a salué le président devant quelques ambassadeurs étrangers.

Alors qu'il était toujours en fonction, le président, vedette de la chanson avant son entrée en politique, a sorti dimanche dernier un tube carnavalesque dans lequel il attaque ses détracteurs dans des paroles à fortes connotations sexuelles, dirigées notamment contre une célèbre journaliste.

Michel Martelly a assumé pleinement la polémique tout en déclarant être «d'accord pour qu'il y en ait qui soient contre». Connu pour son fort caractère, c'est tout de même en murmurant qu'il a avoué: «je voulais le faire, je l'ai fait».

Michel Martelly a versé quelques larmes en embrassant ses ministres avant de quitter les lieux à pied en refusant toute question des journalistes, saluant la foule de curieux gardés à distance par des rangées de policiers lourdement armés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer