Le virus Zika «va continuer à s'étendre» à presque toute l'Amérique

Un scientifique analyse un échantillon de sang afin... (PHOTO LEO CORREA, AP)

Agrandir

Un scientifique analyse un échantillon de sang afin d'identifier la présence du virus Zika, dans un laboratoire de Rio de Janeiro, le 22 janvier.

PHOTO LEO CORREA, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE

Le virus Zika, provoqué par une piqûre de moustique et responsable potentiel de graves malformations du foetus, «va continuer à s'étendre» à tout le continent américain, à l'exception du Canada et du Chili, a indiqué lundi l'Organisation mondiale de la santé qui y voit «un sérieux sujet d'inquiétude».

Le virus, lorsqu'il atteint une femme enceinte, est soupçonné de provoquer des microcéphalies chez son nouveau-né, qui nait avec une boîte crânienne particulièrement petite.

Le virus est déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, a indiqué l'OMS dans une déclaration.

Or, ajoute l'organisation, le moustique appelé Aedes aegypti, qui peut également transmettre la dengue ou le chikungunya, est déjà présent dans tous les pays d'Amérique, à l'exception du Canada et du Chili.

En conséquence, l'OMS déclare «anticiper que le virus Zika va continuer à s'étendre et sans doute concerner tous les pays et territoires de la région où le moustique est présent».

«L'expansion très rapide du virus Zika à de nouvelles zones géographiques, où la population n'est que faiblement immunisée, est un sérieux sujet d'inquiétude, étant donné surtout le lien éventuel entre une infection pendant la grossesse et des bébés nés avec une petite tête», a déclaré lundi la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, lors de l'ouverture d'une réunion du comité exécutif de l'organisation à Genève.

Elle a souligné qu'un «lien de cause à effet entre l'infection du Zika durant la grossesse et la microcéphalie n'a pas encore été établi», mais a ajouté que «les preuves circonstancielles sont très inquiétantes».

Une forte hausse des cas en Amérique latine et notamment au Brésil, où auront lieu les Jeux olympiques cet été, a conduit les États-Unis et d'autres pays à lancer des avertissements aux femmes enceintes voyageant dans la région.

En 2015, 3174 cas de microcéphalie chez des nourrissons ont été recensés au Brésil et sont liés au virus Zika contracté par la mère, selon le ministère de la Santé du pays. Auparavant, il y avait en moyenne 160 cas par an.

La Colombie, l'Équateur, le Salvador, et la Jamaïque ont conseillé aux femmes d'éviter de tomber enceinte, une idée reprise par un haut responsable brésilien, bien que la ligne officielle est de dire qu'il faut éviter les moustiques.

L'OMS a indiqué de son côté que le moyen de prévention le plus efficace est de se tenir éloigné des zones d'eaux stagnantes, où les moustiques affluent, et de se protéger avec des répulsifs, ainsi que de dormir sous des moustiquaires.

Selon l'OMS, le virus se transmet par le sang.

«Un cas de transmission lors de relations sexuelles a été signalé», a ajouté l'agence, soulignant qu'il fallait plus de preuves pour dire que le virus pouvait se transmettre par contact sexuel.

Il n'existe pas de traitement curatif ni de vaccin contre cette maladie, seulement des traitements des symptômes. Ses manifestations sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées, et se manifestent dans les trois à douze jours qui suivent la piqûre par le moustique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer