L'Argentine tourne la page Kirchner et élit le libéral Macri

Mauricio Macri salue ses partisans avant d'aller voter... (Photo Natacha Pisarenko, AP)

Agrandir

Mauricio Macri salue ses partisans avant d'aller voter à Buenos Aires, dimanche.

Photo Natacha Pisarenko, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre PEYRILLE
Agence France-Presse
Buenos Aires

Le libéral Mauricio Macri a remporté dimanche le second tour de l'élection présidentielle en Argentine et prendra ses fonctions le 10 décembre, mettant fin à 12 ans de gouvernement Kirchner et marquant un virage à droite pour la troisième économie d'Amérique latine.

Après le dépouillement de 91 % des bulletins de vote, le maire de Buenos Aires Mauricio Macri, 56 ans, totalise 52,11 % des voix, contre 47,89 % à son adversaire Daniel Scioli, candidat de la coalition de gauche au pouvoir, qui a admis sa défaite.

>>> À lire aussi : Mauricio Macri, l'homme du changement

La présidente de gauche Cristina Kirchner, à la tête du pays depuis 2007 après avoir succédé à son mari, ne pouvait pas se présenter pour un troisième mandat consécutif, selon la constitution.

Aussitôt après l'annonce des premiers résultats, une explosion de joie a retenti parmi les partisans du maire de Buenos Aires, réunis au quartier général de la coalition Cambiemos (Changeons, ndlr).

« Nous sommes submergés d'émotions. Merci. Merci d'avoir cru que nous pouvions construire l'Argentine dont nous rêvons. Je suis là car vous l'avez décidé », a lancé le président élu aux milliers de militants.

Il a appelé à remiser les rancoeurs après douze ans de Kirchnérisme. « C'est un jour historique, c'est un changement d'époque qui va être merveilleux », « sans revanche ni règlements de comptes », a assuré Mauricio Macri.

« Avec votre vote, vous avez rendu possible l'impossible », a-t-il dit sous les ovations, avant d'improviser quelques pas de danse, au son de la musique latine qui retentissait dans une ambiance de fête.

« On n'oubliera jamais cette soirée », a déclaré Maria Eugenia Vidal, 42 ans, élue à la surprise générale le 25 octobre gouverneur de la province de Buenos Aires, la plus peuplée du pays, rassemblant 16 des 41 millions d'Argentins, succédant à Daniel Scioli.

Macri l'outsider

Outsider de cette élection, Mauricio Macri a bâti une coalition victorieuse autour du parti de droite qu'il a fondé, le PRO, en associant notamment les radicaux de l'UCR (centre-gauche), un parti historique diminué qui a offert à Cambiemos son réseau national.

« C'est une journée historique qui va changer notre vie », avait-il déclaré dimanche matin, avant de voter dans une école de la capitale.

Cet ancien président du club de football de Boca Juniors, le plus prestigieux d'Argentine, promet une rupture avec la politique économique protectionniste menée par les gouvernements de Nestor (2003-2007) et Cristina Kirchner.

Le nouveau président, élu pour un mandat de quatre ans reconductible, aura pour principale mission de redresser l'économie, au bord de la récession, après 10 ans de forte croissance.

Les économistes de Cambiemos préconisent un assouplissement ou une suppression du contrôle de l'accès aux devises étrangères, de la limitation des importations ou des barrières douanières, compte rompre avec la surévaluation du peso argentin et régler le conflit sur la dette avec des « fonds vautours ».

M. Macri est le fils d'un puissant homme d'affaires italien qui a fait fortune en Argentine. Né dans la ville de Tandil, à 400 km de Buenos Aires, il a grandi dans la capitale.

Construire une majorité

Après des études d'ingénieur à l'Université catholique de Buenos Aires, il a dirigé des entreprises du Groupe Macri, créé par son père.

Daniel Scioli, 58 ans, soutenu par la coalition de gauche de la présidente Cristina Kirchner, se présentait comme le défenseur des plus démunis, des aides sociales accordées par l'administration Kirchner, et s'érigeait en rempart « contre le capitalisme sauvage » incarné selon lui par Mauricio Macri.

Ce dernier avait causé la surprise le 25 octobre lors du premier tour. Alors que son parti se satisfaisait de sept points de retard sur Daniel Scioli, il avait obtenu 34 % contre 37 % pour le candidat du pouvoir.

« La société argentine voulait un changement. Macri a réussi à incarner ce changement. Il a gagné car c'est un bon gestionnaire. Désormais, il va devoir transformer sa coalition électorale en coalition de gouvernement », note le politologue Mariano Aguas.

Sans majorité à la chambre des députés, ni au Sénat, Mauricio Macri devra tisser des alliances pour gouverner l'Argentine, avec une opposition péroniste détenant la majorité absolue au Sénat et une majorité relative de députés.

Selon le politologue, il peut parvenir à dégager une majorité. « En tenant les caisses de la Nation, il peut convaincre des gouverneurs péronistes qui ont besoin de fonds de l'État pour leur province, qui ordonneront ensuite à leurs députés et sénateurs d'accompagner la politique du gouvernement ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer