Brésil: perquisition dans l'entreprise d'un fils de l'ex-président Lula

L'ex-président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva.... (PHOTO ENRIQUE MARCARIAN, archives REUTERS)

Agrandir

L'ex-président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva.

PHOTO ENRIQUE MARCARIAN, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAO PAULO

La police brésilienne a perquisitionné lundi les locaux de l'entreprise d'un des fils de l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, dans le cadre d'une enquête sur des fraudes contre le fisc.

«Nous pouvons confirmer que la police fédérale de Sao Paulo a effectué une perquisition à la direction de LFT Marketing Sportif ce lundi matin, mais personne n'a été arrêté», a déclaré à l'AFP un attaché de presse de la police.

L'opération policière a été menée simultanément à Brasilia et dans les États de Sao Paulo, Piaui et Maranhao. Elle a mobilisé une centaine d'agents en possession de mandats de fouilles et perquisition et de prison préventive.

L'entreprise de Luis Claudio Lula da Silva, fils de l'ancien chef de l'État qui a gouverné le Brésil de 2003 à 2010, apparaît comme impliquée dans une enquête sur un réseau qui falsifiait des amendes fiscales dans un organisme public fédéral, ce qui aurait créé un manque à gagner de 5,9 milliards de dollars à l'État.

«Cette nouvelle étape de l'opération indique que le consortium d'entreprises manipulait des procès et jugements au sein du Conseil Administratif de Ressources fiscales (CARF), mais négociait aussi des encouragements fiscaux au bénéfice d'entreprises du secteur automobile», a souligné la police dans un communiqué.

L'opération policière enquête sur un réseau frauduleux qui opère au sein du CARF, qui se charge de juger en dernière instance les sanctions imposées par le fisc.

Certains conseillers de cet organisme auraient organisé un système de pots-de-vin pour de grandes entreprises qui devaient payer de fortes amendes à l'Inspection des impôts, en l'échange de sentences qui diminuaient ou annulaient les amendes à payer.

Le Brésil a été secoué cette année par la découverte d'un vaste réseau de corruption au sein du géant public pétrolier Petrobras, qui a conduit en prison de nombreux entrepreneurs du bâtiment, des hommes politiques et d'anciens directeurs de la compagnie phare du pays.

Des dizaines de parlementaires en poste et hommes politiques sont visés par l'enquête, dont l'actuel président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, accusé d'avoir caché de l'argent en Suisse.

Aucune accusation n'a été portée jusqu'à présent contre Lula dans le cadre du scandale Petrobras, mais au début du mois, la Cour suprême a autorisé la police à interroger l'ancien président pour qu'il fournisse des renseignements sur le réseau de corruption au sein de la compagnie pétrolière.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer