Chili: 7 militaires inculpés du meurtre d'un photographe durant la dictature

Le général Pinochet est photographié à Santiago, quelques... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le général Pinochet est photographié à Santiago, quelques jours après avoir renversé Salvatore Allende, le 11 septembre 1973.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SANTIAGO DU CHILI

Sept anciens militaires ont été inculpés vendredi au Chili pour le meurtre en 1986 d'un jeune photographe, aspergé d'essence et brûlé vif par une patrouille lors d'une manifestation contre la dictature d'Augusto Pinochet.

Près de 30 ans après les faits, le juge chargé de l'enquête, Mario Carroza, a confirmé l'inculpation et la détention des sept accusés, «six comme auteurs et un en tant que complice».

Le photographe Rodrigo Rojas de Negri, 19 ans, exilé aux États-Unis, venait de rentrer au Chili et prenait des photos d'une manifestation dans un quartier populaire en compagnie d'une amie étudiante de 18 ans, Carmen Gloria Quintana.

Interpellés par des militaires, ils avaient été aspergés d'essence et brûlés vifs.

La jeune fille, atrocement défigurée, a survécu à ses blessures et vit aujourd'hui à Montréal, mais Rodrigo Rojas était mort après quatre jours d'agonie.

Les six militaires accusés, ex-officiers et sous-officiers à la retraite, ont été arrêtés mercredi sur ordonnance du tribunal, après les déclarations de l'un d'entre eux, qui a rompu le «pacte du silence» le liant à ses complices.

«Les six auteurs (du meurtre) sont les officiers qui commandaient la patrouille militaire et le chauffeur du camion, qui a été inculpé comme complice», a déclaré le juge.

«Nous avons les informations, les antécédents et les données qui nous permettent d'inculper pour homicide dans le cas de Rojas et pour tentative d'homicide dans le cas de Carmen Gloria Quintana», a ajouté le magistrat.

Ce dossier avait été fermé initialement dans les années 1990, un seul militaire ayant été accusé pour négligence.

«Ils transportaient peut-être quelque chose de caché et qui a explosé», avait commenté à l'époque Augusto Pinochet.

«Je n'ai jamais perdu la foi en la justice, mais les blessures ne s'effacent pas», a déclaré vendredi la mère du photographe, Veronica de Negri, torturée et exilée pendant la dictature.

«Nous sommes satisfaits de cette décision», a commenté Francisco Ugpas, responsable du programme des droits de l'homme du gouvernement de la présidente socialiste Michelle Bachelet, elle-même torturée et exilée sous la dictature.

La dictature du général Pinochet (1973-1990) a fait plus de 3000 morts et disparus, et 38 000 personnes ont été torturées, selon des organismes de défense des droits de l'homme.

Augusto Pinochet est mort le 10 décembre 2006 sans n'avoir jamais été condamné.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer