Haïti: 21 morts dans le naufrage d'un bateau de migrants

Des Haïtiens tentent régulièrement de rejoindre illégalement par... (CAPTURE D'ÉCRAN GOOGLE MAPS)

Agrandir

Des Haïtiens tentent régulièrement de rejoindre illégalement par la mer les îles des Bahamas ou de Turques et Caïques.

CAPTURE D'ÉCRAN GOOGLE MAPS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Vingt-et-un migrants sont morts dans le naufrage de leur bateau au nord d'Haïti dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé la directrice de la protection civile, précisant que 12 personnes avaient survécu.

Marie-Alta Jean-Baptiste a indiqué jeudi que les passagers avaient embarqué aux environs de minuit pour rejoindre Providenciales, une île de l'archipel de Turques et Caïques située à 200km au nord d'Haïti.

Dans un communiqué, la direction de la protection civile a précisé en fin d'après-midi que «le navire transportait une cinquantaine de passagers clandestins. Douze survivants ont pu regagner la terre ferme».

Aidés par les pêcheurs de la ville, les autorités mènent actuellement des recherches pour retrouver la dizaine de personnes portées disparues.

Au cours de la nuit, en raison du mauvais temps, l'embarcation avait dû faire demi-tour mais le bateau a coulé après avoir heurté un récif au large de la côte haïtienne.

Vingt-et-un corps ont été retrouvés sur le rivage de la commune du Borgne, à l'ouest de Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays. Selon le communiqué, le juge de paix de cette commune de 60 000 habitants a constaté le décès de 11 personnes, les 10 autres corps ayant été récupérés par des proches des victimes.

Dans le pays miné par une pauvreté extrême, où plus de 70% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, les habitants tentent régulièrement de rejoindre illégalement par la mer les îles des Bahamas ou de Turques et Caïques.

En novembre 2013, 110 migrants clandestins partis de la côte nord d'Haïti avaient été secourus par les garde-côtes américains et les forces de défense des Bahamas après le chavirage du voilier de fortune dans lequel ils avaient pris place. Une trentaine de passagers avaient péri.

Les autorités haïtiennes veulent mettre un terme à ces voyages clandestins, avec notamment une sensibilisation de l'office national des migrations. Mais le chômage endémique en Haïti décourage notamment les jeunes d'y envisager leur avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer