Mexique: l'insécurité prive d'école plus de 31 000 élèves

C'est dans l'État du Guerrero que le 26... (Photo Reuters)

Agrandir

C'est dans l'État du Guerrero que le 26 septembre dernier, à Iguala, 43 étudiants de l'École normale rurale de la commune d'Ayotzinapa ont disparu après avoir été attaqués par un commando armé vraisemblablement sur ordre du maire de la ville, commando formé de policiers liés aux trafiquants de drogue.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ACAPULCO

Plus de 31 000 élèves de la cité balnéaire mexicaine d'Acapulco sont privés d'école depuis deux semaines en raison de l'insécurité que fait régner le crime organisé, a indiqué vendredi l'autorité responsable de l'éducation dans l'État du Guerrero où avaient été enlevés en septembre 43 étudiants.

«Nous essayons de résoudre le problème et j'ai pris la décision, à la demande des professeurs, qu'il valait mieux ne pas faire cours jusqu'à ce que nous soyons en mesure de garantir la sécurité que méritent les enfants», a déclaré le secrétaire responsable de l'Éducation de l'État, Salvador Martinez.

Plus de 190 écoles ont donc fermé leurs portes pour éviter des enlèvements, des extorsions et des menaces exercées par des membres présumés du crime organisé, a détaillé M. Martinez.

Au total, ce sont plus de 31 000 élèves de jardins d'enfants, écoles primaires et secondaires, qui sont concernés.

C'est dans l'État du Guerrero que le 26 septembre dernier, à Iguala, 43 étudiants de l'École normale rurale de la commune d'Ayotzinapa ont disparu après avoir été attaqués par un commando armé vraisemblablement sur ordre du maire de la ville, commando formé de policiers liés aux trafiquants de drogue.

En se basant sur des témoignages de personnes arrêtées en lien avec l'affaire, les autorités estiment que les jeunes ont tous été tués et leurs corps brûlés.

Acapulco est le théâtre, depuis ces dernières années, d'affrontements entre cartels de la drogue et est devenue l'une des villes les plus violentes du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer