Mexique: un député et son assistant enlevés et tués

Les hommes politiques locaux ont souvent été la... (Archives Reuters)

Agrandir

Les hommes politiques locaux ont souvent été la cible d'attaques et de menaces depuis le lancement en 2006 de la guerre contre les narcotrafiquants par l'ex-président Felipe Calderon et qui a fait plus de 80 000 morts depuis.

Archives Reuters

Agence France-Presse
Guadalajara

Les autorités mexicaines ont confirmé mercredi qu'un député et son assistant avaient été enlevés, assassinés et que leurs corps avaient été brûlés dans l'ouest du pays, un crime qui intervient alors que le gouvernement assure que la criminalité est en baisse.

Le député fédéral Gabriel Gomez Michel, membre du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir) et l'un de ses assistants ont été enlevé lundi en plein jour dans le véhicule qui les menait vers l'aéroport de Guadalajara, deuxième ville du Mexique et capitale de l'État de Jalisco.

Mardi matin, les autorités de l'État voisin de Zacatecas avaient trouvé deux cadavres «presque entièrement calcinés» dans un véhicule «complètement détruit et brûlé».

Les autorités judiciaires de cette région ont confirmé mercredi la crainte exprimé la veille que «les corps des personnes trouvées dans l'État du Zacatecas sont ceux du député fédéral Gabriel Gomez Michel et de son accompagnateur Heriberto Nunez Ramos».

Gomez Michel, 49 ans, était pédiatre et continuait d'exercer sa profession. Il avait été maire de la petite ville de El Grullo entre 2010 y 2012.

Le procureur du Jalisco, Luis Carlos Najera, a assuré que selon les premiers éléments de l'enquête, le député «n'avait jamais exprimé la moindre crainte» ou évoqué de menaces le concernant.

Il s'agit du «modus operandi classique des groupes de la délinquance organisé», a expliqué mercredi le procureur du Zacatecas, Arturo Nahlo sur Radio Formula. «Un groupe de quatre ou cinq véhicules qui l'interceptent avant l'arrivée à l'aéroport, plusieurs personnes armées en descendent et l'emportent», a-t-il expliqué en racontant ce que des caméras de surveillance avaient enregistré.

L'État mexicain du Jalisco, situé sur le Pacifique, et sa capitale Guadalajara, une ville de 4,5 millions d'habitants, sont  une zone d'intense activité des cartels de la drogue.

Le groupe criminel local «Jalisco Nouvelle Génération» et le cartel de Sinaloa s'y disputent le contrôle de la zone, stratégique pour le trafic de drogue vers les États-Unis, et on y enregistre de nombreux crimes spectaculaires.

En février, au moins 17 cadavres avaient été découverts dans des fosses clandestines au sud de Guadalajara. En mars 2013 le responsable du tourisme du Jalisco, José de Jesús Gallegos, avait été tué par balles.

A New York, où il participa à l'Assemblée générale des Nations unies, le président mexicain Enrique Peña Nieto a assuré que lors du premier semestre de cette année le nombre d'homicides avait baissé de 29% par rapport à la même période de 2012.

Les hommes politiques locaux ont souvent été la cible d'attaques et de menaces depuis le lancement en 2006 de la guerre contre les narcotrafiquants par l'ex-président Felipe Calderon et qui a fait plus de 80 000 morts depuis.

Au moins 30 maires ont été assassinés depuis cette date, mais les attaques contre des responsables ou parlementaires fédéraux sont rares.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer