Le Mexique proteste contre le déploiement de soldats américains sur sa frontière

Jeudi, le gouverneur du Texas Rick Perry a... (Photo Carlo Allegri, Reuters)

Agrandir

Jeudi, le gouverneur du Texas Rick Perry a déployé 1000 soldats de la Garde nationale sur la frontière avec le Mexique, en réponse, a-t-il dit, aux demandes répétées du gouvernement fédéral de sécuriser la frontière.

Photo Carlo Allegri, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MEXICO

Le Mexique a protesté vendredi soir contre le déploiement, sur sa frontière nord avec les États-Unis, de soldats de la Garde nationale du Texas pour stopper l'arrivée en masse de mineurs clandestins.

Le Mexique «réitère, fermement et catégoriquement, son rejet de cette mesure», selon un communiqué du ministère des Affaires, qui ajoute : «Aucun changement concernant la sécurité sur la frontière ne justifie cette mesure prise par l'Etat» du Texas.

Le déploiement de troupes «ne contribue pas, de quelque manière que ce soit, à résoudre le problème de l'immigration», et est incompatible avec les discussions entre le États-Unis et le Mexique visant à «construire une frontière moderne, prospère et sûre», ajoute le ministère.

Jeudi, le gouverneur du Texas Rick Perry a déployé 1000 soldats de la Garde nationale sur la frontière avec le Mexique, en réponse, a-t-il dit, aux demandes répétées du gouvernement fédéral de sécuriser la frontière.

Les troupes de la Garde nationale sont des soldats sous l'autorité du gouverneur de l'État. Ils n'ont pas le droit d'arrêter les migrants sans papiers, ce qui relève de la responsabilité de l'État fédéral, mais ils peuvent se voir confier certaines tâches en soutien aux gardes-frontières.

Perry, un républicain et probable candidat à la course à la présidence en 2016, a adopté des positions particulièrement dures sur la question de l'immigration de mineurs venant de pays d'Amérique centrale.

Au moins 57 000 enfants sans papiers et seuls sont entrés illégalement aux États-Unis depuis octobre, la plupart venant du Honduras, du Guatemala et du Salvador, trois pays d'Amérique centrale gangrenés par la pauvreté et la violence des gangs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer