Un ex-guérilléro guatémaltèque condamné pour massacres de paysans indiens

Fermin Solano a été condamné par le tribunal... (Photo Johan ORDONEZ, AFP)

Agrandir

Fermin Solano a été condamné par le tribunal de Chimaltenango à 90 ans de prison pour son rôle dans le massacre en 1988 de fermiers indiens progouvernementaux dans la ville d'El Aguacate.

Photo Johan ORDONEZ, AFP

Henry MORALES
Agence France-Presse
CHIMALTENANGO

Pour la première fois de l'histoire du Guatemala, un ancien guérilléro de gauche guatémaltèque a été reconnu vendredi coupable d'assassinats de paysans indiens pendant la guerre civile dans ce pays entre 1960 et 1996.

Fermin Solano a été condamné par le tribunal de Chimaltenango à 90 ans de prison pour son rôle dans le massacre en 1988 de fermiers indiens progouvernementaux dans la ville d'El Aguacate.

«Cette cour a jugé que l'inculpé Fermin Solano était responsable d'assassinats et de crimes répétés contre l'humanité», a affirmé le juge  Walter Jimenez.

Fermin Solano, connu sous le pseudonyme de «Lieutenant David», a été reconnu coupable d'avoir agi sans l'accord des principaux leaders de la guérilla en exécutant les paysans d'origine indienne.

Les fermiers étaient accusés par les guérilleros de collaborer avec l'armée.

Trois anciens commandants de la guérilla ont été interrogés pendant le procès au cours duquel ont été examinés les résultats des autopsies des victimes et des rapports médicaux, ainsi que des coupures de journaux de l'époque des meurtres.

«Les gens sont en droit de connaître la vérité afin que ces crimes ne restent pas impunis et ne se reproduisent plus», a encore affirmé le juge Walter Jimenez. Aucun parent des victimes ni de membres d'organisation internationale n'étaient présents dans la salle d'audience.

Le ministère public avait exigé une sentence de 690 ans de prison pour l'accusé, mais cette demande a été rejetée par la cour, qui l'a jugée «cruelle et inhumaine».

L'ancien guérilléro, dont le procès avait commencé le 27 février, a plaidé non coupable et demandé sa remise en liberté.

Capturé en mai 2013 à Guatemala City, Fermin Solano est le premier ex-leader de la guérilla à avoir été convaincu de meurtres perpétrés pendant la guerre civile qui a duré 36 ans.

Cette guerre a fait 200 000 morts et disparus, selon un rapport de l'ONU, qui a attribué 93% des violations des droits de l'homme aux militaires et 3% à la guérilla.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer