Haïti: Jimmy Carter appelle les donateurs à honorer leurs promesses

C'est la deuxième fois cette année que Jimmy... (Photo: AP)

Agrandir

C'est la deuxième fois cette année que Jimmy Carter, âgé de 88 ans, et sa femme Rosalynn (à gauche) se rendent en Haïti pour venir en aide aux personnes qui n'ont plus d'abri permanent depuis le séisme.

Photo: AP

Partager

Trenton Daniel
Associated Press
Legoane

L'ancien président américain Jimmy Carter a demandé lundi aux donateurs internationaux d'honorer les promesses de dons qu'ils ont faites pour aider Haïti à se reconstruire après le séisme dévastateur de 2010.

L'appel de M. Carter est survenu au premier jour d'une campagne d'une semaine lancée en Haïti par Habitat pour l'humanité, qui vise à construire une centaine de maisons avec l'aide de 600 volontaires de l'organisation.

C'est la deuxième fois cette année que Jimmy Carter, âgé de 88 ans, et sa femme Rosalynn se rendent en Haïti pour venir en aide aux personnes qui n'ont plus d'abri permanent depuis le séisme. Lundi, ils ont participé à la construction d'une maison avec les volontaires d'Habitat pour l'humanité à Léogâne.

«Nous avons vu plusieurs gouvernements en Haïti, et ils vivent des moments très difficiles», a dit M. Carter devant les journalistes, en soulignant qu'il s'agissait de sa 11e visite en Haïti. «Je crois que nous devrions donner une marge de manoeuvre au gouvernement d'Haïti et lui offrir tout le soutien possible, même si cela implique un certain gaspillage d'argent.»

Les pays donateurs et les institutions internationales ont promis une aide totale de 4,46 milliards $ US pour soutenir Haïti après le tremblement de terre. Mais seulement un peu plus de la moitié de ce montant a été versé jusqu'à maintenant, selon le bureau de l'émissaire spécial de l'ONU pour Haïti.

Les raisons de ce délai varient selon les gouvernements. Certains éprouvent des problèmes économiques dans leur propre pays, alors que d'autres attendent que le gouvernement de Michel Martelly soit bien installé et fonctionnel avant de verser de l'argent.

Michel Martelly a accédé à la présidence en mai 2011, mais il a passé la plus grande partie de sa première année en poste sans gouvernement à cause de la paralysie politique et des conflits entre élus.

Plus de deux ans et demi après le séisme, environ 369 000 Haïtiens vivent toujours dans des tentes et d'autres abris de fortune, comparativement à 1,3 million de personnes au début de la crise, selon l'Organisation internationale des migrations.

«Il y a toujours beaucoup trop de tentes», a déclaré Rosalynn Carter devant les journalistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer