Lueur d'espoir pour des orphelins de Port-au-Prince

Le nouvel orphelinat Espoir d'enfants  sera construit... (Photo: archives PC)

Agrandir

Le nouvel orphelinat Espoir d'enfants sera construit en banlieue de Port-au-Prince, à quelques kilomètres de l'ancien bâtiment (photo), qui n'était plus sûr depuis le séisme du 12 janvier dernier. Le chantier, évalué à 1,4 million, devrait commencer en novembre.

Photo: archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Ouimet-Lamothe
La Presse

Jacqueline Lessard, octogénaire québécoise dont l'orphelinat a été endommagé lors du séisme en Haïti, aura un bâtiment neuf pour héberger ses timouns. Hier a été annoncée en grande pompe la construction d'un nouvel orphelinat à Croix-des-Bouquets, en banlieue de Port-au-Prince, presque neuf mois jour pour jour après le tremblement de terre qui a secoué le pays.

Au lendemain du séisme du 12 janvier, Jacqueline Lessard, fondatrice de l'orphelinat Espoir d'enfants, était découragée par l'ampleur des dégâts. «Après le tremblement de terre, on ne savait pas où on allait se retrouver, a-t-elle raconté hier en conférence de presse. On n'avait plus rien.» Cinq enfants qui avaient été retirés des décombres souffraient de blessures aux bras, aux jambes et à la tête. Sans compter l'état du bâtiment hébergeant la soixantaine de pensionnaires : il était devenu dangereux d'y habiter depuis le séisme. L'orphelinat a donc dû déménager dans des tentes de fortune.

Au même moment, à l'autre bout du continent, quelqu'un avait une idée qui allait s'avérer salutaire pour les enfants. La Montréalaise Mylène Béliveau, dont le père est haïtien, a été particulièrement bouleversée par la tragédie. «Le 12 janvier, j'ai pleuré une bonne partie de la nuit. Et le 13 janvier au matin, je suis rentrée au bureau et j'ai dit à mon patron: on reconstruit un orphelinat en Haïti. Il a dit oui.»

C'est ainsi qu'avec l'aide de Pierre Paquet, fondateur de la boîte Imavision où Mylène Béliveau travaille, et un autre complice, Luc Châtelain, le projet a rapidement démarré. Il ne restait plus qu'à trouver un orphelinat à reconstruire. C'est finalement un ami qui a appris à Mme Béliveau l'existence de Jacqueline Lessard.

Dans les manguiers

Puisque le bâtiment d'origine n'est plus sûr, l'orphelinat sera construit à quelques kilomètres de là, sur un terrain ceinturé par une plantation de manguiers. Le projet comprendra quatre bâtiments, qui abriteront le dortoir où logeront la centaine d'enfants, l'école où étudieront les 400 élèves, un bloc regroupant les aires communes et un préau. Au centre se trouvera une cour intérieure et, à l'avant, un petit potager.

La construction du projet, d'une valeur de 1,4 million, devrait commencer en novembre. Jusqu'à maintenant, environ 60% des fonds auraient été amassés, en argent et en services. Les architectes Provencher Roy et associés, les ingénieurs CIMA" et le Groupe SM, entre autres, ont offert leur expertise gratuitement. L'organisation humanitaire Architectes de l'urgence agit à titre de gestionnaire de projet.

Les concepteurs comptent bien respecter la façon locale de faire. «On ne va pas changer leurs méthodes; on va plutôt travailler avec eux pour les améliorer et s'assurer que les matériaux sont de qualité», affirme Bernard McNamara, des Architectes de l'urgence.

En cours de route, plusieurs partenaires se sont greffés au projet, dont Oxfam-Québec, l'entrepreneur Pomerleau, les dépanneurs Couche-Tard, les pharmacies Jean Coutu et la Centrale des syndicats du Québec.

Seize ans de dévouement

Jacqueline Lessard se dévoue pour Haïti depuis 16 ans. Elle continue sa mission humanitaire même aujourd'hui, malgré ses 84 ans et les conditions difficiles dans lesquelles elle travaille. Mais la femme frêle et douce qui vit dans une tente sans eau ni électricité n'a pas l'intention de s'apitoyer sur son sort. «N'ayez pas pitié de moi, dit-elle. Ayez pitié des enfants qui m'entourent.»

Originaire d'Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Lessard a une grande famille au Québec: 7 enfants, 18 petits-enfants et 31 arrière-petits-enfants. Elle trépigne quand même d'impatience à l'idée de retrouver ses timouns qui l'attendent en Haïti.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer