Présidentielles colombiennes: le candidat du Parti vert favori

Antanas Mockus, 58 ans, professeur de mathématiques et... (Photo: Rodrigo ARANGUA, AFP)

Agrandir

Antanas Mockus, 58 ans, professeur de mathématiques et philosophe, chantre de la lutte anticorruption prônant la «décence» en politique, est la surprise de la campagne électorale en Colombie.

Photo: Rodrigo ARANGUA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le candidat du Parti vert pour la présidentielle du 30 mai en Colombie, Antanas Mockus, reste en tête de la course à l'élection, avec 37%-38% des intentions de vote, et l'emporterait au second tour, indiquent deux sondages publiés jeudi et vendredi.

Selon l'enquête de l'institut Datexco, M. Mockus, ex-maire de Bogota (1995-1997 puis 2001-2003), recueille 37% des voix, devançant de 12 points Juan-Manuel Santos, candidat du Parti de la U (parti social d'union nationale, proche d'Alvaro Uribe), crédité de 25% des intentions de vote.

Au second tour, le 20 juin, Mockus gagnerait l'élection avec 52% des voix, tandis que Santos se situerait à 30,5%.

L'enquête du Centre national de Conseil (privé) pour la chaîne de télévision CM& va dans le même sens, même si la différence entre les deux principaux candidats apparaît moindre.

Selon le sondage, Mockus est crédité de 38% des intentions de vote, contre 34% à Santos. Le candidat du Parti vert recueillerait 50% des voix au second tour, contre 43% pour Santos.

Antanas Mockus, 58 ans, professeur de mathématiques et philosophe, chantre de la lutte anticorruption prônant la «décence» en politique, est la surprise de la campagne électorale en Colombie.

Au départ, il n'était crédité que de 10% des intentions de vote. Il a ensuite rattrapé M. Santos puis est passé en tête la semaine dernière.

Il a ravi la première place dans les sondages à M. Santos, ex-ministre de la Défense (2006-2009), qui s'est notamment illustré par l'opération de sauvetage par l'armée de la franco-colombienne Ingrid Betancourt et de 14 autres otages de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), le 2 juillet 2008.

Troisième selon les deux sondages, la candidate du Parti conservateur, Noémi Sanin, est quant à elle créditée de 11% à 6,7%.

L'enquête Datexco a été réalisée sur un échantillon de 1200 personnes avec une marge d'erreur de 3%, et celle du Centre national de Conseil sur un échantillon de 1000 personnes avec une marge d'erreur similaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer