Mali: «le chef des opérations d'Al-Mourabitoune» arrêté

L'homme, identifié comme Fawaz Ould Ahmeida, a été... (PHOTO AFP/STRINGER)

Agrandir

L'homme, identifié comme Fawaz Ould Ahmeida, a été arrêté jeudi soir à Baco Djikoroni-Golf, quartier du sud-ouest de Bamako, par les forces spéciales de la Sécurité d'État (SE, services du renseignement), a indiqué ces sources à l'AFP, l'une d'elles précisant qu'il était surnommé «Ibrahim numéro 10».

PHOTO AFP/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge DANIEL, Ahamadou CISSÉ
Agence France-Presse
BAMAKO

Un Mauritanien présenté comme impliqué dans les plus sanglantes attaques djihadistes au Mali depuis plus d'un an a été arrêté à Bamako, a-t-on appris vendredi de sources de sécurité maliennes, alors que ce type d'arrestations se multiplie dans le pays.

L'homme, identifié comme Fawaz Ould Ahmeida, a été arrêté jeudi soir à Baco Djikoroni-Golf, quartier du sud-ouest de Bamako, par les forces spéciales de la Sécurité d'État (SE, services du renseignement), a indiqué ces sources à l'AFP, l'une d'elles précisant qu'il était surnommé «Ibrahim numéro 10».

«Il s'apprêtait à commettre un attentat sur des cibles occidentales ce week-end à Bamako», a affirmé une des sources, sans plus de détail.

D'après sa photo obtenue par plusieurs médias auprès de la SE, le suspect est un homme noir, de forte corpulence, avec les cheveux courts et une fine moustache.

D'après les diverses sources de sécurité interrogées par l'AFP, il est l'auteur présumé de l'attaque anti-occidentale contre le restaurant-bar La Terrasse à Bamako le 7 mars 2015 (cinq morts), et a planifié les attentats contre l'hôtel Le Byblos de Sévaré, près de Mopti en août 2015 (13 morts) et contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts).

Outre sa participation à ces attaques djihadistes, il serait aussi impliqué dans celle menée le 21 mars contre l'hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTM Mali). Un assaillant avait été tué et un autre était recherché depuis.

Fawaz Ould Ahmeida «est le tireur de La Terrasse» et a «planifié» les attaques contre le Radisson à Bamako, à Sévaré et contre l'hôtel Nord-Sud de Bamako, a affirmé une autre source de sécurité proche de l'enquête.

De même source, il est vite «passé aux aveux après son arrestation», il «est arrivé à Bamako le 16 avril pour commettre d'autres attentats» au Mali, où «il a séjourné plusieurs fois sans être repéré».

Dans un message le 8 avril, l'ambassade américaine avait affirmé avoir «reçu des informations sur des menaces de potentielles attaques terroristes visant des lieux associés à la communauté internationale à travers le Mali», exhortant ses ressortissants à redoubler de prudence.

Connu comme djihadiste en Mauritanie

Selon des spécialistes contactés par l'AFP à Nouakchott, Fawaz Ould Ahmeida, âgé d'une trentaine d'années, est natif de Mederdra, dans le sud de la Mauritanie, sur le fleuve Sénégal.

De mêmes sources, il aurait rejoint de longue date les groupes djihadistes dans son pays, notamment «Ansarou Allah», affilié à AQMI, dont trois membres ont été condamnés à la peine capitale pour la mort d'un policier en 2008.

Sa trace s'est perdue dans les rapports de police mauritaniens depuis 2009, après des missions pour AQMI dans le pays en 2008-2009, a-t-on ajouté.

D'après une troisième source de sécurité, des armes et des grenades ont été retrouvées au domicile du suspect à Bamako.

Un résidant du quartier a raconté y avoir vu un déploiement inhabituel d'hommes en armes jeudi soir. «Il y a beaucoup d'étrangers ici, mais nous ne pouvons imaginer que des terroristes vivent avec nous dans ce quartier», a-t-il dit.

D'après la source de sécurité proche des enquêteurs, le suspect «est le chef des opérations d'Al-Mourabitoune», le groupe djihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar.

Al-Mourabitoune, qui a scellé à l'occasion de l'attentat contre le Radisson son ralliement à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), officialisé en décembre, a mené de nombreuses attaques sanglantes et spectaculaires dans la région du Sahel.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Les djihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Ces dernières semaines, les forces maliennes ont annoncé l'arrestation de plusieurs importants djihadistes présumés.

Parmi eux figure Alou Doumbia, appréhendé à Bamako le 16 avril, considéré comme «une des têtes pensantes» de l'attentat contre la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam le 13 mars (19 morts), revendiqué par AQMI.

Souleymane Keïta, présenté comme le plus important chef djihadiste du sud du Mali, a également été arrêté, en mars à Sokolo, près de la frontière mauritanienne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer