Burundi: Nkurunziza prête serment et entame un 3e mandat controversé

Le président burundais, Pierre Nkurunziza.... (PHOTO GRIFF TAPPER, AFP)

Agrandir

Le président burundais, Pierre Nkurunziza.

PHOTO GRIFF TAPPER, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NAIROBI

Le président burundais réélu Pierre Nkurunziza a prêté serment jeudi à Bujumbura pour un troisième mandat controversé, dont la conquête a plongé son pays dans une crise politique émaillée de violences meurtrières, lors d'une cérémonie annoncée au dernier moment par souci de sécurité et boudée par la communauté internationale.

Conformément à la Constitution, le président a prêté serment auprès de la Cour constitutionnelle, devant les deux Chambres du Parlement réunies. Il a notamment juré «fidélité (...) à la Constitution» et s'est engagé «à assurer l'unité nationale et la cohésion du peuple burundais», alors que ses adversaires l'accusent d'avoir profondément divisé son pays en briguant ce 3e mandat qu'ils jugent anticonstitutionnel.

Cette cérémonie surprise n'a été annoncée officiellement que quelques heures à l'avance, pour des raisons de sécurité, selon un membre du CNDD-FDD, le parti de M. Nkurunziza.

Aucun chef d'État étranger n'avait fait le déplacement. Étaient présents les ambassadeurs de plusieurs pays africains, ainsi que de Chine et de Russie. Les États-Unis et les pays de l'Union européenne avaient dépêché des diplomates de rang inférieur.

«La victoire que nous avons obtenue est une victoire de tous les Burundais, ceux qui nous ont élus ou ceux qui n'ont pas voté pour nous», a déclaré M. Nkurunziza après avoir prêté serment, promettant qu'il entamait son «dernier mandat» et allait «mettre en place très rapidement un gouvernement, ainsi que d'autres institutions, d'union nationale».

«Pour cela, nous verrons, si c'est nécessaire, comment revoir l'article 129 de la Constitution, à travers le dialogue et la concertation», a-t-il poursuivi.

Cet article prévoit que seuls les partis enregistrés ayant obtenu plus de 5% des voix aux législatives peuvent entrer au gouvernement. Or l'opposition avait appelé au boycottage des législatives et a rejeté les résultats. Seul Agathon Rwasa, principal opposant, a finalement accepté de siéger avec une partie de ses partisans, mais il a été élu sur une liste indépendante et non au nom d'un parti enregistré.

Mais l'article 129 prévoit également que le gouvernement doit comprendre 60% de Hutu et 40% de Tutsi. Cet  équilibre politico-ethnique a été mis en place par l'Accord d'Arusha ayant ouvert la voie à la fin de la guerre civile (300 000 morts entre 1993 et 2006) et que les adversaires de M. Nkurunziza l'accusent de vouloir mettre à bas, menaçant dix ans de paix.

La prestation de serment a officiellement lancé le 3e mandat, très controversé, de M. Nkurunziza, élu en 2005 par le Parlement, puis en 2010 et le 21 juillet dernier au suffrage universel direct. Opposition, société civile, Église catholique et une partie du CNDD-FDD affirment que ce 3e mandat viole la Constitution et l'Accord d'Arusha, qui limitent à deux les mandats présidentiels.

Selon ses partisans, le chef de l'État ayant été élu la première fois au suffrage indirect - en vertu d'une disposition spéciale de la Constitution applicable au premier chef de l'État élu à l'issue de la transition post-guerre civile - son premier mandat n'entre pas en compte dans la limitation constitutionnelle.

L'annonce de la candidature de M. Nkurunziza, fin avril, a déclenché six semaines de manifestations populaires, quasi quotidiennes à Bujumbura, finalement étouffées après une sévère répression. Les autorités ont également maté en mai une tentative de coup d'État militaire.

Malgré la réélection de M. Nkurunziza le 21 juillet lors d'une présidentielle jugée non crédible par la quasi-totalité de la communauté internationale, la situation sécuritaire continue de se dégrader avec des attaques nocturnes contre la police et des assassinats ciblés à Bujumbura et en province.

L'opposition a prévenu que M. Nkurunziza ne serait plus légitime une fois qu'il aurait prêté serment, sa réélection étant «illégale».

«Ceux qui ont fait le choix du chemin qui ne mène nulle part, d'attaquer et de combattre leur pays, nous leur conseillons d'y mettre fin sinon ils auront à faire au Dieu tout-puissant», a menacé M. Nkurunziza, chrétien  prosélyte, qui dit tenir son pouvoir de la volonté divine.

Les observateurs craignent un retour des violences à grande échelle, dans un pays à l'histoire postcoloniale jalonnée de massacres entre Hutu (85% de la population) et Tutsi (15%) et qui reste traumatisé par la guerre civile.

M. Nkurunziza se retrouve très isolé: plusieurs hauts dignitaires de son régime ont fait défection et l'homme fort de l'appareil sécuritaire, le général Adolphe Nshimirimana, considéré comme son bras de droit a été assassiné le 2 août.

De plus, les partenaires internationaux du Burundi ont menacé d'imposer de couper les vivres au pays, un des dix moins développé au monde, dont 52% du budget provient de l'aide extérieure.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer