Londres instaure une taxe sur les voitures polluantes

La nouvelle taxe viendra s'ajouter au péage urbain... (PHOTO Daniel LEAL-OLIVAS, Archives AFP)

Agrandir

La nouvelle taxe viendra s'ajouter au péage urbain que doivent déjà payer les automobiles circulant dans le coeur de Londres de 7h à 18h, du lundi au vendredi.

PHOTO Daniel LEAL-OLIVAS, Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le maire travailliste de Londres Sadiq Khan a annoncé vendredi l'introduction à partir d'octobre 2017 d'une taxe de 10 livres (16,32 $) sur les voitures datant d'avant 2006 et circulant dans le centre de la capitale britannique.

«Chaque année, plus de 9000 Londoniens meurent à cause de la piètre qualité de l'air. L'inaction n'est plus une option», a déclaré M. Khan devant les médias en annonçant cette mesure.

La nouvelle taxe viendra s'ajouter au péage urbain, d'un montant de 11,5 livres que doivent déjà payer les automobiles circulant dans le coeur de Londres de 7h à 18h, du lundi au vendredi.

Baptisée «toxic charge» ou «T-Charge», elle s'appliquera à tous les véhicules qui ne respecteraient pas les normes européennes en terme de pollution, et en particuliers aux véhicules mis en circulation avant 2006.

Mercredi, la Commission européenne avait menacé cinq pays dont le Royaume-Uni de saisir la Cour de justice de l'UE s'ils ne prennent pas rapidement des mesures pour protéger la qualité de l'air.

Ce «dernier avertissement», qui concernent 16 zones du Royaume-Uni, dont Londres, est lancé parce que ces pays «n'ont pas remédié aux infractions répétées aux limites en matière de pollution atmosphérique fixée pour le dioxyde d'azote».

Ce polluant provient principalement de la circulation routière et ses émissions sont dangereuses pour la santé.

La législation européenne impose aux États membres de prendre des «mesures appropriées» quand les valeurs limites de polluants atmosphériques (fixées par le droit de l'UE) sont dépassées.

Parmi les mesures possibles, l'exécutif européen cite «la réduction du volume global du trafic», «le passage aux voitures électriques», «l'adaptation du comportement des conducteurs» ou encore «la réduction des émissions des véhicules à moteur diesel».

La «T-charge» annoncée par Sadiq Khan fait partie d'une série de mesures qu'il entend prendre au cours des prochains mois pour réduire la pollution à Londres, et parmi lesquelles figurent l'abandon de l'achat de bus roulant au diesel et l'introduction d'une zone à émission de pollution restreinte à partir de 2018.

La «congestion charge», péage urbain destiné à lutter contre les embouteillages à Londres, avait été introduite en 2003 par le maire travailliste Ken Livingstone.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer