Le compostage pour tous d'ici 2019 à Montréal

«Montréal recycle à 58% et il faut monter... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Montréal recycle à 58% et il faut monter à 70% d'ici 2020. Pour les matières organiques, on est à 13% alors qu'il faudrait être à 60%. Essentiellement, on veut réduire le volume des déchets pour augmenter le recyclage et la collecte de matières organiques», a mentionné Réal Ménard.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'ici quatre ans, la collecte des déchets passera graduellement de deux à une fois par semaine dans l'ensemble de Montréal afin de permettre la collecte des matières organiques une fois par semaine. Près de 500 000 bacs bruns seront distribués aux résidants de tous les édifices de huit logements et moins, a indiqué hier l'administration Coderre.

«L'Assemblée nationale a demandé à toutes les municipalités d'atteindre l'objectif de zéro enfouissement d'ici 2020. Pour y arriver, il faut diminuer le volume des ordures ménagères et augmenter ce qu'on recycle et ce qu'on composte», a déclaré hier Réal Ménard, l'élu responsable du développement durable et de l'environnement au comité exécutif de la Ville de Montréal, en marge du conseil municipal. «Montréal recycle à 58% et il faut monter à 70% d'ici 2020. Pour les matières organiques, on est à 13% alors qu'il faudrait être à 60%. Essentiellement, on veut réduire le volume des déchets pour augmenter le recyclage et la collecte de matières organiques», a ajouté M. Ménard.

À l'heure actuelle, 9 des 19 arrondissements réalisent déjà la collecte des ordures une fois par semaine. À mesure que les contrats entre les entreprises d'enlèvement des ordures ménagères et les arrondissements viendront à échéance, les arrondissements devront remplacer l'une des deux collectes d'ordures par le ramassage des restes de table. Onze de ces contrats arriveront à échéance en 2016. En mai, le maire annoncera l'aide qu'il apportera aux arrondissements pour effectuer ce virage.

Les premiers projets de collecte de restes de table ont commencé en 2008 auprès de quelques milliers de citoyens sur le Plateau-Mont-Royal. Aujourd'hui, la collecte des matières putrescibles est réalisée dans certains secteurs de neuf arrondissements.

L'opposition émet des réserves

L'opposition officielle, Projet Montréal, a émis quelques réserves en ce qui concerne le plan de l'administration Coderre, qu'elle qualifie de stratégie «mur-à-mur». «Quelqu'un qui a une maison unifamiliale et un terrain, la collecte de déchets une fois semaine, ça ne pose pas problème, mais dans les milieux très denses où les gens n'ont pas de terrain et pas de balcons, ça peut être problématique sur le plan de la santé publique, pour les odeurs, la vermine par exemple», a dit Sylvain Ouellet.

Ce dernier estime par ailleurs qu'en temps de canicule, Montréal devrait prévoir l'enlèvement des ordures à une plus grande fréquence.

12
millions
Coût des nouveaux bacs bruns
100 000
Nombre de foyers qui participent actuellement à la collecte des matières organiques à Montréal

Matières acceptées dans le bac

  • Fruits et légumes
  • Viandes avec les os et le gras
  • Poissons avec les arêtes
  • Oeufs et coquilles
  • Pâtes alimentaires, pain et produits céréaliers
  • Produits laitiers solides (fromage, beurre et yogourt)
  • Résidus de thé, de tisane ou de café
  • Mouchoirs
  • Essuie-tout
  • Serviettes de table
  • Cendres de bois refroidies
  • Cheveux et poils d'animaux
  • Bouchons de liège

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer