Un iceberg géant se détache de l'Antarctique

L'iceberg Larsen C est formé d'un grand morceau... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

L'iceberg Larsen C est formé d'un grand morceau de ce qu'on appelle une barrière de glace. Ces barrières se forment quand les glaciers continentaux s'avancent dans l'océan.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

La fissure s'allongeait depuis son apparition, en 2010. Elle a presque rejoint l'océan Austral, à 200 kilomètres de son point de départ, libérant un iceberg de 6600 kilomètres carrés. C'est plus que la superficie de l'Île-du-Prince-Édouard. Selon l'Agence spatiale européenne, qui suit la situation avec son satellite Sentinel-1, ce nouvel iceberg sera l'un des plus gros jamais observé.

LA FISSURE

Elle fait 100 mètres de largeur et toute la hauteur de la barrière de glace, soit plus de 200 mètres. Elle est apparue en novembre 2010. Elle s'est allongée vers le nord à des vitesses variables. En décembre 2016, elle a grandi de 18 kilomètres. Et de 17 kilomètres entre le 25 et le 31 mai 2017. Au cours des derniers jours, elle a atteint 200 kilomètres de long, et il ne restait qu'un lien de 5 kilomètres avec le continent. Pendant ce temps, à l'extrémité sud, la fissure s'élargissait et la masse de glace s'éloignait rapidement, à raison de 8 à 10 mètres par jour entre le 21 et le 27 juin.

LA BARRIÈRE

L'iceberg Larsen C est formé d'un grand morceau de ce qu'on appelle une barrière de glace. Ces barrières se forment quand les glaciers continentaux s'avancent dans l'océan. Ces barrières retiennent les glaciers en amont. Quand elles disparaissent, les glaciers dévalent plus rapidement vers l'océan, ce qui contribue à la hausse du niveau de la mer. Cette accélération a été observée depuis la désintégration de la barrière Larsen B, en 2002.

L'AVENIR

Selon l'Agence spatiale européenne, il faudra suivre la trajectoire de cet iceberg géant, qui pourrait devenir une menace à la navigation dans les mers australes. Dans le cas de Larsen en 1995 et de Larsen B en 2002, la barrière de glace s'était désintégrée au lieu de se détacher d'un morceau. « Pour ce qui est de Larsen C, nous ne sommes pas sûrs de ce qui va arriver, a affirmé Anna Hogg, de l'Université de Leeds, sur le site de l'Agence spatiale européenne. Il pourrait se briser en morceaux, ou les courants pourraient l'emporter en entier ou en pièces détachées vers le nord, aussi loin que les îles Malouines. »

L'IMPACT

Les barrières de glace sont flottantes, donc leur fonte n'ajoute pas ou peu au niveau des océans. Cependant, si les glaciers en amont des barrières dévalent plus vite, la hausse du niveau des océans va s'accélérer. « Si on extrapole dans le futur, ce qui se passe avec Larsen est un précurseur de ce qui va se passer avec les barrières de Ronne et de Ross, qui retiennent beaucoup plus de glace, dit Christophe Kinnard, glaciologue et professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Ça augmente les inquiétudes sur la stabilité de l'Antarctique de l'Ouest. On a encore des difficultés à prévoir et à simuler la fonte des glaciers. Mais si on considérait que les glaciers du Groenland et de l'Antarctique étaient plus stables, depuis une dizaine d'années, on s'est aperçu que ce n'était pas le cas. »

« ÇA PROGRESSE ET C'EST PRÉOCCUPANT »

« C'est la continuation d'une tendance qui s'est amorcée depuis plusieurs décennies dans la péninsule Antarctique, dit Christophe Kinnard, glaciologue et professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières. En 1995, il y a eu Larsen A, puis Larsen B en 2002, et maintenant, Larsen C. Ça progresse, et c'est ça qui est préoccupant. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer