Vague de froid: Trump se moque du réchauffement climatique

Des touristes chaudement vêtus visitent le Washington Monument, jeudi,... (PHOTO AP)

Agrandir

Des touristes chaudement vêtus visitent le Washington Monument, jeudi, dans la capitale américaine.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a ironisé jeudi sur le réchauffement climatique, alors que le nord des États-Unis est balayé par une vague de froid extrême avec des températures jusqu'à -40°C.

«Dans l'est, cela pourrait être la veille du jour de l'an LA PLUS FROIDE jamais enregistrée. Peut-être qu'on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique que notre pays, mais aucun autre pays, s'apprêtait à payer DES TRILLIONS DE DOLLARS pour s'en protéger. Couvrez-vous!», a tweeté le président américain.

Le milliardaire de 71 ans s'est toujours montré sceptique sur le changement climatique, parlant même, avant d'être président, d'une «invention» de la Chine.

Ce tweet a déclenché une avalanche de réactions d'internautes et de scientifiques tentant d'expliquer le changement climatique au président américain.

«Le changement climatique est très réel même s'il fait froid à l'extérieur de la Trump Tower en ce moment», a répondu sur Twitter le directeur de l'Académie des Sciences de Californie, Jon Foley.

«De la même façon, il y a toujours de la faim dans le monde, même si vous venez de manger un Big Mac», a-t-il ajouté.

«En 2017, il y a eu environ trois records de chaleur aux États-Unis pour chaque record de froid», a renchéri la députée démocrate de l'État de Washington, Pramila Jayapal.

«La météo, ce n'est pas la même chose que le climat. Le président devrait pouvoir comprendre ça. Ce n'est pas difficile».

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), 2017 devrait être l'année la plus chaude jamais enregistrée sur l'ensemble de la planète.

Après son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat estimant qu'il détruirait des emplois industriels.

L'administration Trump a également retiré le changement climatique de la liste «des menaces» pour les États-Unis et relancé l'exploitation du charbon et des réserves jugées de gaz et d'huile de schiste sur des terres fédérales protégées.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer