• Accueil > 
  • Environnement 
  • > De nouvelles règles pour l'extraction de ressources naturelles attendues 

De nouvelles règles pour l'extraction de ressources naturelles attendues

À la fin de l'année dernière, Québec a... (Photo La Presse canadienne)

Agrandir

À la fin de l'année dernière, Québec a adopté une législation permettant la production de pétrole et de gaz naturel. En mai, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a indiqué que les règles entourant ces activités seraient dévoilées un mois plus tard. Depuis, tant l'industrie que les opposants à ce genre d'exploitation attendent.

Photo La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

CORRECTION: Dans cette dépêche transmise le 31 juillet 2017, La Presse canadienne évoquait un moratoire sur la fracturation hydraulique en vigueur depuis 2012 au Québec. En fait, même si une telle mesure avait été promise par le gouvernement péquiste, elle n'a jamais officiellement été imposée par voie législative. Il est conséquemment plus juste de parler de «moratoire de facto», puisque l'esprit d'une telle interdiction prévaut tout de même depuis cette époque.

Les opposants au développement de pétrole et de gaz naturel au Québec se disent prêts à se lancer dans une nouvelle campagne, alors que plusieurs observateurs s'attendent à ce que le gouvernement provincial dévoile, dans les semaines à venir, ses nouvelles règles pour encadrer l'extraction de ressources naturelles.

À la fin de l'année dernière, Québec a adopté une législation permettant la production de pétrole et de gaz naturel. En mai, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a indiqué que les règles entourant ces activités seraient dévoilées un mois plus tard. Depuis, tant l'industrie que les opposants à ce genre d'exploitation attendent.

Carole Dupuis, du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, qui s'oppose au développement de pétrole et de gaz naturel, explique que son organisme va mener sa lutte dans les communautés pour tenter d'empêcher l'industrie de l'énergie de s'implanter dans la province.

«Si nos politiciens ne sont pas là pour nous défendre, le public va se défendre lui-même», affirme Mme Dupuis.

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace, estime quant à lui que l'effort du gouvernement pour le développement des énergies fossiles est en opposition avec son engagement mondial pour la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. «Si le gouvernement était sérieux dans son intention de respecter l'accord de Paris, il n'y aurait évidemment même pas de projet à approuver», note-t-il.

Même si la province est mieux connue pour son hydroélectricité, elle regorge de gaz naturel. Tant l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) que l'Association canadienne des producteurs pétroliers calculent qu'elle détiendrait assez de gaz naturel pour répondre à ses besoins énergétiques pendant au moins un siècle.

Environ 15 pour cent des réserves estimées de 176 700 milliards de pieds cubes de gaz naturel, essentiellement dans la formation schisteuse d'Utica dans les basses-terres du Saint-Laurent, pourrait être récupérable, affirme le Canadian Energy Research Institute. Une proportion équivalente des 43,6 milliards de barils de pétrole serait récupérable essentiellement sous l'île d'Anticosti - mais Québec a annoncé vendredi la fin du forage à cet endroit.

La nouvelle réglementation provinciale autorisera la fracturation hydraulique - un irritant pour les opposants -, mais plusieurs questions persistent sur les endroits où le forage sera permis.

Un «moratoire de facto» sur la fracturation hydraulique existe depuis 2012, date à laquelle une telle mesure avait été promise par le gouvernement péquiste sans jamais avoir officiellement été imposée par voie législative.

Une loi adoptée en décembre va permettre la fracturation hydraulique pourvu que les entreprises obtiennent une autorisation en vertu de la Loi sur la qualité de l'environnement et passent le test de l'«acceptabilité sociale» - même si les critères de cette dernière restent flous.

Le ministre Arcand n'était pas disponible pour commenter, mais un porte-parole a indiqué que le but du gouvernement était de mettre en place le cadre juridique de développement énergétique le plus strict en Amérique du Nord.

Selon Pierre-Olivier Pineau, un professeur spécialisé en énergie à HEC Montréal, le gouvernement ne peut se permettre, du point de vue politique, d'avoir des règles trop peu rigoureuses même si la probabilité d'en arriver à une grande production reste mince.

Junex et Pétrolia cherchent à extraire du pétrole et du gaz naturel dans les environs de Gaspé, et M. Pineau croit qu'ils ne seront pas confrontés à une grande opposition, en particulier parce qu'il s'agit de régions qui connaissent des difficultés économiques.

Aucun des deux producteurs d'énergie n'a répondu aux demandes de commentaires.

Michael Binnion, chef de la direction de Questerre Energy, établie à Calgary, et président de l'APGQ, dit espérer que la réglementation sera assez stricte pour que le public puisse être convaincu que l'eau, l'air et les terres seront protégés.

Ce sera alors aux sociétés énergétiques d'obtenir l'acceptabilité sociale auprès des communautés, un élément largement manquant aux yeux de M. Binnion. Questerre Energy a procédé à des essais de puits sur environ 405 000 hectares qu'elle détient dans la formation schisteuse d'Utica.

«Nous ne croyons pas du tout que la réglementation en elle-même va ouvrir les vannes, a-t-il fait valoir. Nous croyons que la réglementation pourrait ouvrir la porte à une discussion au sujet des bénéfices et des impacts.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer